• Hier matin, après m'être extraite péniblement de mon lit bien chaud, j'ai été accueillie par un petit 12,4°C vivifiant. Je me suis réfugiée au boulot toute la journée (ou il fait plus chaud mais pas chaud non plus), un intermède d'une heure et demie pour assister au spectacle de la kulturskole (j'y reviendrai), très apprécié, surtout qu'il faisait bien chaud et que j'ai pu dégeler... le tout pour 5 euros, que demande le peuple ?

    Rentrée à la maison, pleine d'espoir parce que la température extérieure avait un peu augmenté (mais le vent aussi), grosse déception... non ! ce n'est pas mieux ! c'est même pire 12,0°C. Dans la cuisine j'en parle même pas, j'ai voulu m'asseoir sur une chaise et elle était tellement froide que j'ai dû mettre un pull sous mon postérieur. En ouvrant le frigo, pas vraiment de différence notable oh

    A situation désespérée, solution désespérée... on connaissait la bougie chauffe-plat, maintenant c'est la bougie chauffe-appartement. Avec 7 de ces petites bougies, j'ai réussi à royalement atteindre 14,2 en 3 heures environ.

    Et j'ai repris le processus ce matin et j'en suis maintenant à 17,6 °C... il y a de l'espoir. On verra à combien ça retombe pendant que je vais au travail (oui, un samedi de période sombre... c'est une exception... seulement 4h, faut pas pousser non plus)  

     

    Pour en revenir à nos "explorateurs du Pôle Nord", Lance est arrivé à Longyearbyen hier matin et il est parti vers le nord à minuit. Il est maintenant au nord de Prins Karl Forland pour ceux qui connaissent... encore un bon bout à parcourir. J'avais remarqué hier que le bateau de recherche (le tout nouveau tout "beau") Kronprins Haakon était en chemin vers le nord et j'avais commencé à me demander s'ils avaient opté pour un plan C. Ce bateau, c'est la grosse artillerie, mais vu que Lance est en route, ça doit être une coïncidence (il apparaît en bleu au nord). Le Pangea est, lui, toujours à quai alors qu'ils avaient envisagé d'envoyer les 2 bateaux. Le Sysselmann n'a peut-être pas donné l'autorisation ou quelqu'un est devenu raisonnable.

    Bougie chauffe-...

     

    Sur leur compte instagram, quelques nouvelles mais c'est un peu amusant... on dirait que Mike Horn ne veut pas que ça se sache qu'ils ont fait appel au Lance. Il y a quelques temps, il parlait toujours du Pangea, maintenant du bateau, sans préciser lequel. Dans le dernier message, il disait qu'ils progressent bien, sont maintenant à 83°41' et qu'il leur reste 150km avant de retrouver le bateau à 82°N... à part que je ne vois pas bien comment le bateau peut arriver jusqu'à 82°N. Il ne parle pas de l'autre équipe évoquée dans les journaux norvégiens, censés aller à leur rencontre avec des vivres... ou alors ce plan-là a été abandonné/pas accepté

    On va voir jusqu'où Lance arrive à "monter".

    Ils commençaient à évoquer la possibilité d'un sauvetage en hélico mais les nôtres ne peuvent aller que jusqu'à 83°N (problème de fuel) donc il faut qu'ils arrivent jusque là ou fasse appel à des hélicos militaires russes du genre de ceux utilisés pour la base de Barneo à env 89°N

    Souhaitons leur plus de chance qu'ils n'en ont eu jusqu'à présent et que tout le monde revienne sain et sauf.

     


    4 commentaires
  • Une fois n'est pas coutume... je vous écris de mon lit... le truc qui n'arrive jamais parce que j'ai une règle d'or : l'ordi ou le téléphone portable ne passent jamais la porte de ma chambre. Et je vous le conseille : je dors comme un ange !

    Et pourquoi je suis dans mon lit à cette heure-ci avec mon ordi (ça rime !). Non ! je ne suis pas malade... pas encore du moins... et je ne me couche pas comme les poules... C'est juste que je me les gèle (je vous laisse mettre ce que vous voulez derrière le "les"). On va dire que la température extérieure a bien chuté, on taquine le -20°C, ce qui ne devrait pas être un problème mais d'une part on n'est plus habitué, d'autre part on commence à être un peu trop nombreux et le circuit de chauffage central à l'eau chaude tire la langue, et surtout les -20°C sont combinés à du vent qui n'arrange rien dans un vieux bâtiment comme le mien, pas très "étanche"

    En direct de mon lit

     

    ça c'était il y a 2/3 heures : ressenti -31°C... ah quand même

    Bilan: au travail il ne fait pas chaud chaud, surtout quand on reste assis toute la journée à ne rien faire, et arrivée à la maison c'est pire: hier 15,9°C dans la pièce principale qui est la plus chaude, aujourd'hui il faisait 14,8°C quand je suis arrivée mais là le thermomètre vient d'atteindre 14,0°C et j'ai décidé de me réfugier sous la couette avant que ça empire

    Demain, on devrait passer le pire / -22°C et beaucoup de vent... ressenti -37°C. Et ça c'est pour l'aéroport où les températures sont plus "douces" à cause de l'influence de la mer.

    En direct de mon lit

     

    Il va falloir prendre son mal en patience, dimanche ça devrait redevenir plus "normal" (au sens du climat actuel)

    Comme c'est aussi la saison où des gens prennent de longues vacances au soleil, il y a des coins où il n'y a pas beaucoup d'habitants en ce moment et l'eau gèle dans les tuyaux dans certains coins où il n'y a pas assez de débit. Les plombiers ne s'ennuient pas et on nous a demandé de ne pas économiser. Faire couler l'eau régulièrement et en débit suffisant est la meilleure parade à beaucoup de problèmes.

    Maintenant, on va juste espérer que la centrale électrique ne nous lâche pas oh

     

    (Bon... oui, je sais... après l'article d'hier, ça clash un peu... se plaindre de 14°C alors que les 2 autres péquins sont sous la tente par -40°C entourés par de la glace à laquelle ils ne peuvent se fier... mais j'assume clownhe)


    4 commentaires
  • Je ne sais plus si j'en avais parlé mais il y a une expédition en cours sur la banquise au nord de Svalbard et elle touche à sa fin... et personnellement, je trouve que ça sent le soufre

    Pour faire court, 2 explorateurs chevronnés, Mike Horn et un norvégien Børge Ousland, se sont fait largués à 85°N côté russe, mi septembre ou un truc dans ce goût-là, on rejoint laborieusement le pôle Nord puis ont mis le cap sur le bord de la banquise au nord du Svalbard.

    C'est tout particulièrement cette phase-là qui me déplaît fortement depuis que j'ai entendu parler du projet. Ces 2 explorateurs ont fait l'expérience de skier de nuit sur la banquise mais ils n'étaient pas très loin du pôle où il y a très peu d'ours, voire pas du tout. Quand ils vont se rapprocher de la bordure de la banquise de notre côté, ça va être une autre histoire... nuit noire, beaucoup plus d'ours et la fatigue accumulée depuis 2 bons mois... une très mauvaise combinaison

    Un autre point qui m'a toujours fait tiquer aussi, c'est le plan de récupération par un super voilier, le Pangea, qui est à quai à Longyearbyen depuis un bail, depuis qu'il les a largués de l'autre côté du pôle puis a contourné la situation jusqu'à nous. J'avais discuté avec un membre de l'équipage et il n'avait pas été sans mal de trouver un accès à un endroit convenable pour les larguer sur la banquise: une banquise suffisamment cassée pour que le voilier puisse passer, naviguer entre les morceaux mais une banquise suffisamment compacte pour que les 2 explorateurs puissent skier dessus avec tout leur bardas. Je ne voyais pas très bien en quoi ça allait être plus simple de l'autre côté alors qu'il fait nuit et qu'il faut arriver à se retrouver dans un monde en mouvement perpétuel

    L'expédition touche maintenant à sa fin, tout simplement parce qu'ils arrivent au bout de leurs réserves de nourriture et la dernière ration correspond au 5 décembre. La situation côté glace n'est pas simple (mais ce n'est pas surprenant) : il n'y a pas une bordure nette.

    ça sent le soufre

    Je ne sais pas quelle est leur position actuelle exacte (hier ils parlaient de 84°N) mais il ne semble pas possible qu'ils puissent rejoindre le bateau par eux-mêmes. Un plan B a été mis en place :

    - d'une part ils ont fait appel au Lance, le bateau qu'Unis (l'université) a longtemps utilisé pour ces campagnes de recherche avant d'avoir le Prins Haakon. C'est un brise-glace qui a déjà hiverné dans la banquise. ça paraît plus raisonnable que de naviguer avec un voilier coque alu... un coup à ce que le voilier reste pris dans les glaces ou prenne l'eau...

    ça sent le soufre

    photo Bjoertvedt, site Norsk Polar Institutt

    Lance est en ce moment-même en chemin, mais ça prend son temps. Il a quitté Tromsø hier soir et je dirais qu'il lui faut encore 2 jours pour atteindre Longyearbyen. Là, il va récupérer une équipes d'explorateurs (d'autres... ça grouille ces petites bêtes) et il va lui falloir encore un bon jour et demi, peut-être 2 jours pour atteindre le bord de la banquise au nord de Sjuøyane. Là, les explorateurs vont être largués et aller à la rencontre des 2 autres de sorte à les ravitailler (en vivre et carburant pour le groupe électrogène) mais j'ai un peu du mal à comprendre comment ça peut marcher cette histoire.

    La banquise dérive et pas de façon homogène, c'est pas franchement facile de suivre une direction sachant qu'en plus, il faut contourner les zones où il n'y a pas de glace (polynias) ou où la glace est trop fine.

    Difficile de savoir jusqu'où Lance va pouvoir aller, sans doute pas beaucoup plus nord que 81°N... ça laisse 300 km au bas mot, même avec 2 équipes allant l'une vers l'autre, j'ai du mal à croire qu'ils arrivent à se rejoindre avant le 5 décembre. Si le vent/ la dérive de la banquise aide une équipe, l'effet sera inverse sur l'autre équipe, donc pas trop d'espoir à avoir de ce côté-là.

    Ceux qui utilisent Instagram peuvent suivre les 2 explorateurs @mikehornexplorer https://www.instagram.com/mikehornexplorer/ et @borgeousland https://www.instagram.com/borgeousland/

     

     

     


    2 commentaires
  • Un peu d'action ce matin à Hornsund, la base de recherche polonaise située dans le fjord le plus au sud sur la côte ouest de Spitsbergen... d'ailleurs, ça me fait penser que je n'ai pas fini de raconter mon voyage de jui 2018 qui m'a donné l'occasion de voir ce fjord pour la première fois cet été (je n'ai pas fini de raconter celui de septembre non plus d'ailleurs)

    mais là, je ne suis pas motivée... ce sera pour une autre fois

    donc tout ce que j'ai à vous proposer c'est une carte

    Ours vs chien

    toposvalbard.npolar.no

     

    et une autre carte

    Ours vs chien

     

    Donc que s'est-il passé ce matin ?

    Ils ont eu la visite d'un ours assez envahissant et qui ne se laissait pas intimider... et qui a fini par s'en prendre à un chien qui a été gravement mordu. Comme l'ours ne voulait pas quitter les lieux et avait même l'air de vouloir rentrer dans la station, ils ont appelé la cavalerie (la cavalerie aérienne... pégase).

    Quand les gens du Sysselmann sont arrivés, ils n'ont pas vu l'ours qui a peut-être été effrayé par l'approche de l'hélico. Avec eux, ils avaient un vétérinaire qui n'a pas eu d'autre choix que d'euthanasier le chien malheureusement.

    La semaine dernière, nos "voisins" polonais avaient déjà eu la visite d'un ours à de nombreuses reprises qu'ils avaient réussi à faire déguerpir à chaque fois mais ils y ont passé une bonne quantité de fusées de détresse. A priori, il s'agit du même ours mais sait-on jamais. Espérons qu'il ne revienne pas et que ça ne se termine pas encore plus mal. frown

     


    votre commentaire
  • Le marché de Noël approche à grands pas : c'est ce weekend et c'est l'Objectif de l'année, avec un grand O... enfin, n'exagérons rien mais c'est l'occasion de rencontrer des gens qui ne me connaissent que de nom via notre groupe facebook local pour les aurores boréales (ayant la fenêtre la mieux placée de la ville en début de soirée, c'est souvent qu'ils entendent parler de moi  winktongue). C'est aussi l'occasion de montrer quelques photos que j'ai prises et en vendre quelques... ce qui marche bien ce sont les photos noir & blanc en format carré, en petits formats et encadrées... ça fait des cadeaux de Noël relativement faciles à encadrer

    Donc chaque année, il faut commander des cadres sans avoir aucune idée de combien il en faut, imprimer, couper, encadrer et transporter (c'est souvent là que le bas blesse)

    C'est aussi le moment de la sortie "grand public" de mon calendrier ours polaires... cette année, j'ai un peu triché et j'ai annoncé sa sortie dimanche et j'en ai déjà vendu quelques uns. Petite production, seulement 40, mais l'an passé, je n'ai pas été assez active, je n'ai pas tout vendu et du coup, pas de bénéf... c'est ballot

    Busy busy

    et voici les photos sélectionnées cette année... bien sûr, rien à voir avec le mois... j'ai aucune photo d'ours de octobre à février inclus ! on se demande pourquoi winktongue

    Busy busy

     

    Busy busy

     

    Cette année, je lance aussi le logo de ma "nouvelle" page Facebook : Svalbard Mood qui n'est pas encore publique mais ça ne va pas tarder. Mon compte instagram va aussi changer de nom et j'ai entrepris de charger des photos "récentes" sur svalbardmood.com mais je n'y ai presque pas touché depuis 2016 donc ça prend du temps... il va falloir y aller petit à petit. Et puis j'ai découvert hier que sur les smartphones, ça ne ressemble à rien. Je n'en étais pas consciente. Je ne surfe pas avec mon portable mais seulement sur l'ordi et là, c'est un peu mieux

    donc voici mon logo... en primeur du fromager... et décliner en plusieurs versions

    Busy busy

     

     

    Busy busy

    C'est classe, non ?? Je peux me permettre de m'extasier, ce n'est pas de moi... c'est une commande passée à Photologo et je suis très contente du résultat

    après, je personnalise et je trifouille... je l'ai notamment associé à mon contour d'ours, là aussi en plusieurs versions

    Busy busy

     

    Busy busy

    là, le contour de l'ours est un peu fin... il va falloir que je trouve une solution

     

    Voilà... vous êtes les 1ers à le voir !!! he


    4 commentaires