• Ce matin, nous avions une petite réunion organisée par le conseil municipal et l'association des entreprises locales, 8h... quelle horreur ! il faisait encore nuit, c'est dire !

    un point sur la saison touristique de cet été et sur l'ensemble de l'année 2017 janv-sept, globalement satisfaisant, mais la croissance semble se calmer... d'un côté, ce n'est peut-être pas un mal, d'un autre le plan était de doubler le nombre d'emplois dans le secteur touristique pour compenser la diminution de l'activité minière (et ça, c'était déjà il y a quelques années, au moment de la dernière grande phase de licenciements)

    un point sur le budget du conseil municipal et des autres acteurs financés tout ou partie par la Norvège... l'idée est que tout le monde a reçu un budget correspondant à une activité normale mais sans plus : donc pas de financement supplémentaire pour la sécurisation du flanc de montagne pare-avalanche/ pare-glissement de terrain.... - Unis (l'université) n'a pas non plus reçu le financement espéré pour s'agrandir alors que là-aussi, le but annoncé était de doubler les emplois

    Pas très logique tout ça

     

    Le "bergmester" (aucune idée du nom en français... celui qui gère les concessions minières, surveille que tout est en ordre...) s'est voulu rassurant : personne à ce jour n'a réclamé la concession de Svea... je ne sais pas si c'est si étonnant que ça, cela ne fait qu'une semaine qu'il a été annoncé que la Norvège cessait son activité là-bas

    un petit commentaire aussi sur le "arbeidsplikt" (devoir de travail mot à mot) permettant de conserver la concession : là, il nous a dit qu'il était très facile d'obtenir des dérogations

    Il a aussi dit que le nombre de concessions a diminué ces dernières années, qu'il n'y a eu qu'une quinzaine de découvertes ces dernières années... l'air de dire que l'activité minière n'intéresse plus personne... C'était peut-être vrai dans la situation telle qu'elle était mais quand on a une mine pleine de charbon de très bonne qualité, toute l'infrastructure en place, la mine prête à exploiter... ça peut un peu changer la donne, non ? son raisonnement me paraît extrêmement naïf. ça me paraît aussi difficile de donner une dérogation pour démonter toute l'installation s'il y a un repreneur prêt à exploiter.

     

    Sujet plus distrayant : Longyearbyen a été choisi pour tester un véhicule autonome. Il y en a déjà un à Stavanger

    Cobayes

    et ils vont adapter le concept à nos conditions. L'idée est de transporter les gens sur de courtes distances (ça tombe bien, on n'en a pas de longues) autour du centre ville... ou peut-être de Nybyen au centre

    L'engin avance actuellement à 15km/h (mais peut en théorie rouler à 40), je sens qu'il va falloir s'armer de patience et que la Sophie, elle préfèrera marcher que faire le poireau... mais bon faut voir

    La grande idée développée ces 3 dernières années est d'utiliser Longyearbyen comme une plate-forme de test de toutes sortes de nouvelles technologies et produits, parce qu'ici on a une bonne vision d'ensemble de la population et un bon contrôle sur les conditions d'étude, et si ça marche ici (question climat en particulier), ça marche partout

    Ils nous ont expliqué que l'engin peut rouler totalement de manière autonome ou être téléguidé... on a eu droit à une petite démo d'un mini véhicule équipé d'une caméra + caméra IR, téléguidé depuis Stavanger... et ça a marché... merci le 4G (et bientôt 5G)

    Cobayes

    Faut voir... ça peut être intéressant pour les petits déplacements en ville... mais faut pas trop compter sur ça pour le transport de nos 4000 passagers quand les monstres de bateaux de croisière sont à quai

     

     


    1 commentaire
  • Je suis très vilaine... je n'avance pas du tout dans mon récit de voyage du mois d'août... je suis noyée dans la masse de photos... complètement contre-productif

    J'avais fait une parenthèse avec l'iceberg qui nous avait occupés avant le repas de midi mais la journée était surtout sous le signe des morses

    Il faut savoir que, pendant tout le temps qu'on s'est occupé de l'iceberg et du repas (de le mager parce qu'il faut bien avouer qu'on n'a pas aidé à le préparer... et ça vaut sans doute mieux), nous étions à proximité d'un jeune morse solitaire, vautré sur sa plaque de glace. Ce que je ne savais pas sur le moment mais que j'ai appris peu de temps après, c'est que, derrière ça, il y avait une stratégie : laisser le morse s'habituer à la présence du bateau dans les environs de sorte à ce que ça ne le stresse pas de l'avoir à proximité... et quand je dis à proximité, c'est vraiment à proximité... après le repas, ils ont entrepris d'approcher progressivement Mr Morse et c'est totalement incroyable que le morse soit resté là, tranquillement, à pioncer ou à se gratter (la vie d'un morse est trépidante).... chapeau le capitaine ! Le but était d'être suffisamment près pour que ceux qui ont une polecam puissent s'en servir.

    Pour ma part, avec mon matos plus "classique", ça a donné ça

    Noyée dans la masse

     

    Noyée dans la masse

     

     

    Noyée dans la masse

     

    Noyée dans la masse

     

    Noyée dans la masse

     

    Noyée dans la masse

     

    Noyée dans la masse

     

    Noyée dans la masse

     

    Noyée dans la masse

     

    vraiment juste un gros tas de graisse

    Noyée dans la masse

     

    mais en portrait, il est presque mimi

    Noyée dans la masse

     

    Noyée dans la masse

     

    Noyée dans la masse

     

    Noyée dans la masse

     

    Noyée dans la masse

     

    un peu timide quand même

    Noyée dans la masse

     

     

    La petite sirène

    Noyée dans la masse

     

    maigre échantillon comparé à la profusion de photos que j'ai rapportées de la même bestiole... incorrigible cette Sophie !


    votre commentaire
  • Mes photographes de boss faisant une petite pause dans leurs (nos) voyages photographiques (pas pour longtemps... ils sont à peine revenus d'Alaska et en Novembre, c'est l'Antarctique), ils ont peu de temps pour l'actualité médiatique de projets personnels

    Roy Mangersnes avec une interview sur une radio photo où il est notamment question de 500px dont il est maintenant ambassadeur (en anglais bien sûr)

    https://photographyradio.com/roy-mangersnes/

     

    Ole Jørgen Liodden est impliqué dans un projet "Photographers Against Wildlife Crime" avec notamment un livre regroupant des photos pour sensibiliser les gens à toutes les horreurs infligées à la vie sauvage 

    Je vous invite à en apprendre plus en regardant la vidéo accompagnant la campagne de levée de fonds... et je vous invite à soutenir le projet en pré-achetant un livre par exemple

    https://www.kickstarter.com/projects/1132820520/photographers-against-wildlife-crimetm

    L'actualité des boss

    et le site officiel http://www.photographersagainstwildlifecrime.com

    Quelques photos en avant-goût

    https://www.theguardian.com/environment/gallery/2017/oct/16/photographers-against-wildlife-in-pictures

     

     

     


    votre commentaire
  • Comme je ne me suis pas encore remise (vous non plus d'ailleurs) de l'article à rallonge d'hier avec beaucoup de texte et pas de photos, ce soir je fais light (ah ah... vous allez bientôt comprendre pourquoi "ah ah") avec peu de texte et quelques photos.

    Quiconque a habité ici pendant une durée non négligeable sait que nous avons, de temps en temps, des coupures de courant intempestives... pas de quoi s'affoler... pendant le gros tiers de l'année où il fait jour tout le temps, on ne s'en rend compte que si on cuisine ; pendant le petit tiers où il fait tout le temps nuit, on a toujours une lampe frontale à portée de main... et de front... le tout est de ne pas se faire avoir pendant l'entre-deux. Pour ma part, la saison des aurores ayant commencé, l frontale est toujours prête à l'emploi donc pas de crise. Mais je me dis toujours que pour les touristes, ça doit être un peu stressant... et puis, on ne sait jamais combien de temps ça dure.

    C'est l'occasion de prendre une photo de Longyearbyen by night sans trop de pollution lumineuse

    J'ai eu la flemme de sortir avec le trépied, donc photo prise en équilibre sur le coin de la fenêtre

    4s de temps d'expo 1600 iso

    Ambiance

     

    et avec 13s ... pour une fois possible en ville sans tout cramer

    Ambiance

     

    Finalement... c'est pas si sombre winktongue même sans neige au sol... parce que, vous pouvez le constater, les 3 flocons auxquels on avait eu droit n'ont pas résisté aux températures positives de ces derniers jours... misère !

    J'avais l'espoir que des aurores boréales pointent le bout de leur nez... une occasion rare de prendre les aurores et la ville sans trop de pollution lumineuse... mais non... trop de nuages... et pas d'aurore

     

    Le courant a fini par revenir au bout d'une demi-heure/1 heure, je ne suis pas bien sûre

    et des aurores ont fini par apparaître brièvement... juste pour me narguer (photos toujours en équilibre sur le cadre de la fenêtre)

    Ambiance

    mais j'ai eu droit à une belle météorite yes

    Ambiance

     

    A peine quelques minutes plus tard, le show était fini


    1 commentaire
  • ou de guillotine... au choix

    Je m'attaque à ce sujet que je dois traiter depuis que la nouvelle est tombée jeudi mais c'est un "gros" morceau.

    Lors de l'annonce du projet de budget 2018 pour la Norvège, ce qui inclut aussi une grosse partie du budget du Svalbard et de Longyearbyen, il a été annoncé que l'état norvégien n'envisage pas de réouvrir les mines de Svea et Lunckefjell, fermées provisoirement pour 3 ans  il y a 2 ans (vous suivez, là ??). L'idée était de laisser le temps au cours du charbon de remonter, de trouver des marchés plus "exclusifs" (comme de vendre le charbon pour la métallurgie) et d'essayer d'exploiter de façon rentable, ce qui n'avait pas été le cas les dernières années (entre autres... il y a en fait eu peu de périodes où ça a été rentable)

    Une petite carte pour localiser les choses

    Le coup de massue

    les 3 points rouges : Longyearbyen en haut, Sveagruva en bas à droite, Barentsburg le plus à l'est

     

    La 1ere réaction est sans doute pour beaucoup de se réjouir, mais y a-t-il vraiment de quoi se réjouir ??

    1er point : environnemental

    C'est sûr que de ne pas exploiter le charbon est mieux pour l'environnement que de l'exploiter, mais ce n'est pas si simple... D'une part, ce sont les norvégiens qui arrêtent l'exploitation, ils vont donc perdre leur licence pour cette mine. Rien n'empêche, a priori, que quelqu'un d'autre reprenne l'exploitation... et on a 2 bons clients pour cela : la Russie qui ne demande que ça (il leur faut une raison pour rester au Svalbard et l'activité minière à Barentsburg bat de l'aile, ils ont des conditions beaucoup plus difficiles que dans les mines norvégiennes actuellement en exploitation - en fait, ils avaient un projet de réouvrir Grumant, une ancienne mine à eux qui n'avait pas l'air super rentable non plus) ou la Chine qui a récemment signé le traité du Spitzberg et a donc parfaitement le droit de s'installer ici... et les mines de charbon, ça les connaît

    Si quelqu'un s'interroge sur la rentabilité, je pense que c'est un problème annexe. La Russie et la Chine veulent avoir un pied ici, peu importe ce que ça leur coûte... et, à mon avis, ils n'auront pas de problème à rendre l'exploitation rentable parce que leurs salaires et conditions de travail sont sans commune mesure avec celles des norvégiens.

    La Norvège peut essayer de ne pas autoriser l'exploitation par un autre pays mais cela paraît difficile alors qu'elle exploitait elle-même et que les arguments avancés haut et fort pour ne pas relancer l'exploitation sont économiques et pas environnementaux. Comme on est déjà dans une période de tension avec la Russie et l'Europe quant à savoir si le socle continental est régi par le traité du Spitzberg ou est purement norvégien, cela paraît peu probable que le risque soit pris d'envenimer les choses avec un nouveau sujet de discorde.

    En plus, si quelqu'un reprenait la mine et l'infrastructure qui va avec, la Norvège fera de grosses économies sur le "nettoyage". Parce que quand on cesse d'exploiter, on doit remettre dans le même état qu'avant... Encore un truc super logique : les vieilleries liées à l'activité minière autour et dans Longyearbyen sont protégées (vénérées ??) mais ce qui est nouveau est sans valeur. Vous trouvez ça logique, vous ? Ce qui est vieux a été neuf un jour, ce qui est neuf maintenant pourrait devenir vieux. Ce qui à 50 ans aura-t-il plus de valeur que ce qui est de maintenant, pour un historien dans 100 ans ?? On devrait tout enlever ou tout garder, mais je ne vois pas de raison de faire une différence.

    Bref bref...

    2e point par rapport à l'aspect environnemental... si on arrête d'exploiter le charbon, il va falloir trouver autre chose pour créer des emplois, des revenus et de l'activité. Ce n'est pas charbon ou rien... c'est charbon ou quelque chose d'autre.

    Et là, une question intéressante est de savoir ce qu'on va nous trouver comme idée. L'exploitation du charbon a mauvaise réputation mais est-ce bien justifié ? c'est une exploitation peu polluante (pour ainsi dire pas de produits chimiques impliqués, "notre" charbon est de très bonne qualité avec peu de soufre), ça fait tache dans le paysage parce qu'il y a de la poussière noire de charbon mais ce n'est pas à proprement parler une pollution, ça fait fondre plus vite la neige ce qui a des aspects positifs et négatifs pour la faune et la flore.  En gros, on enlève quasiment seulement la veine de charbon par opposition à d'autres exploitations de minerais où il faut creuser des tonnes de roches pour quelques grammes/kg de métal ou minéraux précieux. Quand je parle de ça, j'ai particulièrement en tête l'exploitation de l'or. L'or est peut-être bien vu parce que c'est un métal noble mais les mines sont une pure cata avec des saloperies de produits chimiques... et exploiter l'or au lieu du charbon, c'est quelque chose qui a été évoqué à plusieurs reprises.

    Autre aspect de la mauvaise réputation du charbon : le bilan carbone... là aussi, ça dépend de quoi on parle. L'exploitation en elle-même libère du méthane, ce qui n'est pas bien pour le bilan carbone mais ce ne sont pas des quantités énormes. Le principal problème vient du transport (à la fois du carbon lui même et du personnel) mais c'est pas pire que le transport des touristes en avion. Et enfin, tout le monde associe le charbon aux centrales à charbon et c'est la cata, mais on a besoin de charbon dans la métallurgie, en particulier pour l'acier (fer + un peu de carbone) et ça, on n'est pas prêt de s'en passer, surtout si on veut limiter l'utilisation du plastique pour les emballages. Donc là encore, tout dépend de ce qu'on va faire à la place : si vous arrêtez l'exploitation du charbon mais doublez l'activité touristique pour "compenser", le bilan n'est pas positif du tout.

     

    Ceci c'était pour l'aspect environnemental.... maintenant, quelles vont être les conséquences pour Longyearbyen ? Difficile à prévoir... l'avenir nous le dira. L'exploitation du charbon de la mine n°7 au fond de la vallée va se poursuivre pendant 10-15 ans selon les estimations et tant qu'on utilise la centrale électrique actuelle, on est dépendant de ce charbon... on ne va donc pas tout de suite perdre la centaine d'emplois qui existent encore dans Store Norske (la compagnie qui exploite le charbon). En plus de ceux qui travaillent dans la mine 7, il est prévu une quarantaine d'emplois pour s'occuper du nettoyage/démantèlement. ça ne crée pas d'emplois non plus : actuellement, il y avait des gens qui travaillaient toujours à Svea pour maintenir les installations dans une condition permettant la réouverture éventuelle.

    Un raisonnement simpliste est aussi de dire que de toute façon, ça ne rapportait pas d'argent puisqu'ils étaient déficitaires. C'est bien évidemment plus compliqué que ça... la compagnie était déficitaire donc logiquement ne payait pas d'impôts ici certes mais à la plus belle époque, il y a 5 ans environ, il y avait plus de 350 employés, tous avec des salaires très confortables et tous ces employés payaient leurs impôts ici. J'aimerais bien mettre la main sur le bilan des impôts encaissés ici

    En 2012, ils ont versé 300 millions de nok en salaire pur (divisez par 10 en gros pour avoir en euros on n'est pas à ça près; 9,3 pour les puristes).

    Les salaires sont taxés normalement à 16,2% (ou plus pour les salaires les plus élevés), 8% restent ici (le reste c'est pour le régime des retraites et la sécu), soit 24 millions dans les caisses locales.

    Si on compare avec le plus gros acteur actuel, Hurtigruten Svalbard (anciennement Spitsbergen Travel), actuellement 223 employés, le double des employés actuels de Store Norske... on peut donc se dire que tout va bien.... sauf que ces employés sont souvent des guides, des saisonniers, des temps partiels, avec des salaires pas très reluisants comme souvent dans le tourisme. Salaires versés l'an passé 68 millions  soit 5,5 millions dans les caisses locales... Comme ils ont fait des bénéf, eux, la compagnie a payé 5 millions d'impôts mais je ne sais pas si tout reste ici. De toute façon, l'un dans l'autre, on est en dessous de la moitié de ce que rapportait Store Norske en 2012.

    Bien sûr, il fallait combler le déficit, mais c'était de l'argent norvégien, pas local.

    A ceci on peut ajouter les emplois indirects liés à l'activité minière et assurés par des sous-traitants + le fait que Store Norske sponsorisait un certain nombre d'événements + le fait que les employés, bien payés, consommaient plus en ville que les guides aux salaires misérables. 

    Et si on s'intéresse au 3e pilier actuel d'activité à Longyearbyen : l'université et la recherche... ils sont eux aussi en négatif, de 5 millions en 2016 donc pas d'impôts et 62 millions versés en salaires, donc un peu moins d'impôts payés localement par les employés (et d'ailleurs, c'est même pas sûr que tout soit payé ici parce qu'il y a des intervenants et qu'il faut habiter ici 50% de l'année au moins pour payer ses impôts ici)... et les étudiants, on sait qu'ils n'ont pas d'argent et que c'est pas eux qui sont de gros consommateurs locaux. Faut pas compter sur eux pour faire tourner l'économie locale

    Bref bref... Il sera intéressant de voir dans quel état seront les finances locales quand on n'aura plus que les emplois liés à la mine 7, voire plus tard quand ces emplois auront disparu aussi.

    Le parti des verts nous a annoncés ces dernières années qu'on n'avait pas besoin de l'exploitation minière, qu'on  a plein d'emplois à créer pour le tri des déchets... je demande à voir... et je ne vois pas très bien comment ça va rapporter de l'argent, ne serait-ce que suffisamment pour payer le salaire des employés.

     

    Conclusion

    Les norvégiens arrêtent l'exploitation de Svea et Lunckefjell mais quelqu'un d'autre va très certainement reprendre le flambeau ou on se tape une crise internationale si la Norvège essaie de l'empêcher

    Pour compenser, on crée des emplois dans une autre activité qui a de fortes chances d'être pire pour l'environnement (mais qui est plus politiquement correct de prime abord alors l'honneur est sauf)

    Les finances de Longyearbyen se cassent la gueule alors que les russes ou les chinois s'enrichissent (trop contents de profiter du milliard d'investissement de la Norvège dans Lunckefjell qui n'aura jamais été mise en production)

    Le % de norvégiens vivant à Longyearbyen s'écroule alors que le % d'étrangers ne cesse d'augmenter (c'est déjà le cas mais on va accélérer les choses) parce que les norvégiens veulent des emplois "nobles" et/ou bien payés alors que les étrangers veulent juste être là

     ça promet !

     

    Article pas sexy, indigeste et à rallonge, mais parfois faut être un peu sérieux 

     

    Pour ceux que ça intéresse d'aller voir la comptabilité de Store Norske (section mine), Hurtigruten Svalbard et UNIS

    https://www.proff.no/regnskap/store-norske-spitsbergen-grubekompani-as/longyearbyen/-/Z0I4LRMC/

    https://www.proff.no/regnskap/hurtigruten-svalbard-as/longyearbyen/reiselivstjenester/Z0I4LRQM/

    https://www.proff.no/regnskap/universitetssenteret-på-svalbard-as/longyearbyen/forskning-og-utvikling/Z0I4LP6M/

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires