• Vendredi, 3 janvier 1920, s'est produit l'accident le plus meurtrier ayant touché une mine des environs de Longyearbyen, et en fait aussi l'accident le plus meurtrier de l'histoire minière de la Norvège.

    L'accident s'est produit dans la mine 1a, mine que l'on appelle la mine américaine car c'était la mine exploitée par la société fondée par John Munroe Longyear (d'où le nom de Longyearbyen= Longyearcity). Pour ceux qui ont déjà visité la ville, c'est la mine au-dessus de l'église. Elle avait été reprise par Store Norske Kull Kompani après que les américains aient fait faillite pendant la guerre. 

    La triste histoire de l'exploitation minière

    Photo d'archive Norsk Polarinstitutt montrant la mine plus tard la même année

     

    La triste histoire de l'exploitation minière

    photo d'archive SNSK 1917, 2,5 ans avant l'accident. On voit aussi où était située la ville à cette époque, pour ainsi dire tout  a brûlé pendant la 2e guerre mondiale

    L'accident a fait 26 victimes et il n'y a jamais eu d'enquête policière car Svalbard, ou plutôt Spitzberg/Spitsbergen  à l'époque, était un no man's land. Le traité du Spitzberg n'avait pas encore été signé et ce n'est qu'en 1925 que la Norvège a pris le contrôle des lieux.

    L'accident s'est produit pendant la nuit (la nuit à la "montre" je veux dire, il faisait de toute façon nuit tout le temps), 34 mineurs étaient dans la mine. Des étincelles provoquées par les explosifs utilisés plus profondément dans la mine ont enflammé le charbon et l'explosion a été instantanée et détruit l'intégralité de la mine et des installations les plus proches à l'extérieur. Pas d'avion à l'époque, le dernier bateau avait quitté l'île en octobre et la population était isolée jusqu'au prochain bateau à la fin du printemps.

    Ce n'est qu'en juillet que la fumée a disparu dans la mine et que des "sauveteurs" ont pu être envoyés, " " car il n'y avait personne à sauver mais juste des corps à retrouver/aller chercher, certaines personnes étaient toujours portées disparues. Les derniers disparus ont été retrouvés le 16 aout, portant le bilan final à 26 morts.

    La triste histoire de l'exploitation minière

    photo d'archive SNSK

    Après cet accident, des mesures ont été prises pour améliorer la sécurité dans les mines avec des procédures plus sûres lors de l'utilisation des explosifs et lors des forages, des mesures du taux de méthane, une équipe de secours équipée pour intervenir malgré la fumée...

     

    Vendredi, une cérémonie a été organisée pour marquer les 100 ans de l'accident.

     

     


    votre commentaire
  • Après 2 jours passer à répondre à tous les adeptes du " y a qu'à, faut qu'on" et à expliquer les faits sur tous les réseaux sociaux, je baisse les bras. Je vais donc présenter une dernière fois, ici, les faits avec autant de précision que possible sachant que les autorités compétentes disposent certainement d'informations/arguments supplémentaires que je ne connais pas.

    Après cela, je clos la discussion et je ne publierai pas les commentaires éventuels et n'y répondrai pas (parce que si je les publie, je dois y répondre)

    Les personnes qui savent de quoi elles parlent et disposent du recul et de la compétence nécessaires sont celles qui ont pris la décision et étaient les mieux placées pour le faire.

     

    1. Un ours a été observé deux fois en pleine ville le 26 et le 28 Décembre. Il se trouve que personne n'ait tombé dessus avant qu'il n'ait été pris en charge par les autorités. C'est un gros coup de pot. Cet ours a été repoussé/effrayé en hélico/motoneige et chenillette pour l'éloigner de la ville. La météo n'a pas permis de le repousser aussi loin que ce qui avait été envisagé. Cet ours a été à nouveau observé dimanche près de cabanes non loin de la ville, malgré une recherche intensive par les airs (hélico), la mer (Polarsyssel) et la terre, voitures de patrouille (et motoneiges ??), il n'a pas été possible de repérer où était cet ours. Il y avait des traces allant vers la mer et en ressortant, donc il est allé dans l'eau mais impossible de savoir s'il avait quitté les environs à la nage.

    2. L'ours a été relativement facile à effrayer et n'a pas de comportement agressif envers les véhicules (il n'a pas été confronté à des personnes "non abritées")

    3. C'était un mâle relativement jeune (l'histoire confirmera mâle de 7 ans). La catégorie la plus à risque avec les vieux ours délabrés et désespérés.

    4. La persistance acharnée d'un ours à revenir vers la ville n'est pas habituelle.

    5. 1er janvier, juste après minuit, l'ours est à nouveau observé juste à la sortie de la ville, se dirigeant vers la ville. Un ours est habituellement effrayé par le bruit, les claquements, les explosions, mais ce n'est pas toujours le cas (les pistolets d'alarme ne sont donc pas toujours efficaces). Le fait que cet ours venait vers la ville alors que des feux d'artifices étaient tirés de partout en ville (les particuliers ont le droit de tirer leurs propres feux d'artifice en Norvège) indique un comportement très inhabituel et un ours difficile à effrayer par des "piétons"

    6. Dans certains cas, il peut être envisagé d'endormir un ours et de le déplacer. Nous disposons maintenant d'un peu plus d'informations: il n'y a qu'un vétérinaire qui a la compétence nécessaire, il dépend de l'institut polaire norvégien et n'est pas basé ici. Il n'était pas disponible.

    7. Même si le vétérinaire compétent avait été disponible, il n'est pas sûr que l'opération aurait pu être menée à bien. Les ours sont habituellement endormis depuis un hélico mais cela n'aurait pas été possible alors qu'il fait nuit. Il aurait fallu réaliser l'opération en motoneige et il y a très peu de neige dans la vallée en ce moment. Ce n'est pas sûr qu'ils aient pu le faire.

    8. Certains ont dit que plutôt que de le tuer, on pouvait prendre le risque de demander à une autre personne d'essayer même si l'ours pouvait mourir durant l'opération. D'une part, ce n'est pas simple (j'ai assisté à l'opération en avril 2016 alors qu'il faisait beau, grand jour et toutes les bonnes conditions, c'était laborieux), d'autre part l'ours doit être vraiment correctement endormi alors que des personnes doivent le manipuler puis le transporter DANS l'hélico et rester à côté pour environ 1h15/1h30 de vol

    9. Il faut normalement surveiller un ours au réveil pour qu'il ne s'étouffe pas dans son vomi en se réveillant (il faut veiller à ce qu'il ne s'endorme pas avec la tête vers le haut). Il est fréquent que l'ours se réveille, se déplace un peu, se rendorme etc...

    10. Il n'est pas possible d'assurer une surveillance de la ville qui garantisse que l'ours ne puisse pas atteindre une zone habitée sans qu'on le sache (la ville est cernée de points d'accès, l'ours ne suit pas forcément une route, il peut venir par un flanc de montagne, la rivière et même la mer... là aussi, comportement inhabituel, un ours essaie généralement d'éviter de nager s'il a une autre option, mais c'était un ours nageur). Il fait nuit 24/7 et l'éclairage ambiant est faible

    11. Les habitants n'ont pas de moyens de protection quand ils sont en ville : on n'a pas le droit de porter une arme chargée en ville, les pepper spray ne sont pas autorisés. En ville, il y a des gens qui ne sont pas sensibilisés/préparés à la rencontre avec un ours : enfants, touristes, même certains locaux qui ne sortent jamais de la zone habitée

    12. Rencontrer un ours en ville est le contexte le plus dangereux. Il est beaucoup plus facile de gérer un ours en terrain ouvert. En ville, on peut surprendre l'ours (et se surprendre soi-même) à la fois parce que les bâtiments ne permettent pas de visibilité et à la fois parce qu'il y a trop d'odeurs qui ne permettent pas à l'ours d'anticiper notre présence. Un ours surpris a statistiquement beaucoup plus de chances d'être agressif.

    13. Le gouverneur est responsable de la sécurité des gens en ville (en dehors chacun sort à ses risques et périls)

    14. Après que l'ours ait été tué et ramené en ville pour les différentes analyses qu'ils font systématiquement, il a été constaté que cet ours est l'ours qu'il a fallu endormir et déplacer en avril 2016 alors qu'il était juste à la sortie de la ville. Ils le savent avec certitude parce qu'il était marqué (tags dans les oreilles, numéro tatoué sous la lèvre, et sans doute microchip). C'est donc un ours qui avait déjà posé problème, à l'époque ils l'avaient déplacé parce qu'il ne répondait pas au flare gun et ne réagissait pas correctement à l'hélico. Le déplacer à nouveau, même si cela avait été possible, n'aurait donc rien résolu. Il serait revenu dans 1 an, 2, 3 on ne sait pas quand mais il serait revenu et le risque pour la population aurait toujours été là. 

    15. Cela n'a jamais été un problème de ressources financières

    16. Avoir 1 personne compétente d'astreinte en ville n'aurait pas résolu le problème

    17. Ce n'est pas de gaité de coeur que la décision d'abattre cet ours a été prise

    18. En avril 2016, ce n'est pas parce qu'il était affamé qu'il souhaitait nous rendre visite. Avril est le moment de l'année où les ours trouvent le plus de nourriture

    Je pense avoir à peu près fait le tour. Je clos la discussion et tant pis pour ceux qui de leur sofa pensent mieux savoir que les gens qui ont travaillé avec les ours une bonne partie de leur vie. Personne n'a été capable de proposer une alternative réaliste depuis que cela s'est produit.

    La seule vraie question est en fait, faut-il maintenir une ville dans une zone à ours ? (je n'appelle pas à commentaire, comme je le disais précédemment, je ne publierai aucun commentaire)

    La Russie a en fait pris la décision de déplacer un village en Nouvelle Zemble alors que les confrontations avec les ours se multipliaient.

    Pour finir, quelques photos de cette longue séance de combat avec ce même ours avant de parvenir à l'endormir en avril 2016

    Les faits sur l'ours abattu

    Les faits sur l'ours abattu

     

    Les faits sur l'ours abattu

     

    Les faits sur l'ours abattu

     

    Les faits sur l'ours abattu

     

    Les faits sur l'ours abattu

     

    Les faits sur l'ours abattu

     

    Les faits sur l'ours abattu

     

    Les faits sur l'ours abattu

     

     

     


    votre commentaire
  • Bonne Année à tous !

    Ici, ça a bien commencé : j'ai vu et photographié mon 1er ours... à 4 km de l'autre côté du fjord...

    ça commence mal

    vous voyez le petit point vaguement jaunâtre éclairé par l'hélico ?

    ça commence mal

    là, c'est un peu plus facile, il était aussi éclairé par 2 motoneiges qui le repoussaient

     

    Malheureusement, les choses se sont mal finies : à 4h il a été abattu dans une vallée de l'autre côté du fjord. En 2019, aucun ours n'a été tué au Svalbard mais 2020 commence mal

    C'est le même ours qui est venu 2 fois en ville jeudi et samedi dernier, dimanche il avait été observé dans les environs, dans un coin où il y a des cabanes (et donc des gens). Cette nuit, juste après minuit, il a été observé juste à la sortie de la ville (non loin de SSU pour ceux qui connaissent) se dirigeant vers nous... et pourtant ça pétaradait ferme. Peut-être que ça l'a attiré au lieu de l'effrayer. J'y pensais justement hier soir, que si un ours trainait dans le coin il serait traumatisé. ça n'a pas eu l'air d'être son cas. ça veut aussi dire que c'est un ours qui ne se laissera pas impressionner par nos fusées de détresse et autres "pang".

    Compte tenu de la situation de ces derniers jours, que c'est un ours persistant et qui ne réagit pas "comme il faut" (comme on souhaite en tout cas), et qu'il n'y a pas les gens compétents pour l'endormir et le transporter ailleurs (Nordaustlandet) en hélico, il a été jugé que c'était la seule décision défendable pour la sécurité de la population et des touristes nous rendant visite. Le fait qu'on soit en pleine nuit polaire a aussi été un paramètre parce qu'ils n'arrivaient pas à le garder sous contrôle (savoir où il était)

    C'est très triste mais je ne les blâme pas. Bien sûr, ça fuse sur la toile mais je n'aimerais pas être dans leur position. Je dois avouer que ces derniers jours, je n'étais pas 100% détendue en me déplaçant entre les différentes parties de la ville. Ne serait-ce que dimanche, juste quand j'allais sortir prendre l'air, j'ai vu un hélico tourner devant ma fenêtre et se placer  en observation sur la route au-dessus de chez moi (Burmaveien). Ensuite, Polarsyssel (qui est toujours là, ça y est... on a eu les sous pour l'avoir toute l'année) a éclairé mon quartier avec ses méga projecteurs. A posteriori, je pense que ce n'était qu'un hasard et que l'hélico cherchait l'ours, là comme ailleurs, mais on devient un peu parano. Ma sortie de l'après-midi n'a pas été très relax et écourtée

    On avait pourtant toujours la lumière lilas (des nuages stratosphériques ont d'ailleurs été observés dans le nord de la Norvège/Finlande...) mais un ciel couvert...

    ça commence mal

     

    ça commence mal

     

    ça commence mal

     

    ça commence mal

    et une faible aurore dans une percée

    ça commence mal

     

    ça commence mal


    8 commentaires
  • Lance était de retour ce matin un peu avant 9h pour larguer quelques personnes (dont les 2 qui étaient allée à la rencontre des 2 explorateurs quand ils risquaient de manquer de nourriture) et du matériel.

    Le retour

    copie d'écran webcam du port

     

    Ils n'ont pas chômé, vers 9h30, Lance poursuivait son chemin vers Tromsø

    Le retour

    marinetraffic.no

    ça souffle... les vagues, ça va les changer de l'immobilisme (apparent) de la banquise

     

    Il n'y a pas qu'eux qui étaient de retour... Réveil brutal ce matin à 5h38 à cause d'un hélico qui me survole... encore !!! oh 7h c'était mieux quand même, la 1ère fois

    Eh oui... Nounours est de retour, observé cette fois près de Huset puis près de l'école et de la maternelle/crèche (pas la même que l'autre fois, elle est en activité celle-ci mais pas à 5h du mat)

    Le retour

    Photo Sysselmannen

     

    voilà à quoi ressemble le coupable, photographié jeudi matin par les gens du Gouverneur (joli reflet sur le capot de la voiture)

    Ils ont apparemment un peu galéré pour le reconduire vers le glacier, Longyearbreen, armés de motoneiges, chenillette, hélico.. la totale !  On nous a ensuite annoncé qu'il était envisagé de l'endormir et le déplacer... mais le plan A a été abandonné faute de compétence suffisante en ville pendant les vacances de Noël (il faut notamment un spécialiste de l'institut polaire norvégien). Plan B : repousser le visiteur indésirable jusqu'au grand fjord de Van Mijenfjorden, plus au sud... un fjord avec beaucoup de glace, très bien pour un ours... mais en fin de journée, la météo (vent en particulier) a mis fin au plan B aussi. On nous a annoncé que l'ours se trouvait au fond de Bjørndalen et qu'on n'a pas les moyens de surveiller ce qu'il fait, mais une équipe surveille les abords de la ville.

    S'il décide de revenir en ville, difficile de savoir par quel chemin : ça peut être par Longyearbreen comme la dernière fois, ou par Bjørndalen puis le long de la côte (d'un côté ou de l'autre de l'aéroport) ou même par d'autres chemins s'il est créatif. J'espère juste pouvoir faire une nuit complète !he

     


    6 commentaires
  • Après une longue bataille, des manoeuvres délicates et encore quelques heures de galère, ils ont fini par réussi à s'extirper de la glace et ils sont maintenant en chemin vers Longyearbyen

    Cette fois, c'est la bonne

    Ils devraient arriver demain matin mais je n'ai pas prévu de jouer les comités d'accueil.

    Il était temps (petit navire), parce que la banquise au nord de l'archipel commence à bien descendre et le passage du coin nord ouest pourrait bien être bientôt bloqué... mais bon.. difficile de prédire quoi que ce soit. Une bonne tempête peut vous changer tout ça en un rien de temps.

    Cette fois, c'est la bonne

    carte : cryo.met.no

    Une chose est sûre.. ça fait un bon nombre d'années qu'il n'y a pas eu autant de glace autour de l'archipel. Nous amis les ours vont être contents.

    A propos de nos amis les ours, revenons-en à notre visiteur d'hier. J'ai aujourd'hui appris qu'il s'était baladé dans d'autres parties de la ville et il a en fait été repéré tout d'abord à Skjæringa (mon quartier donc) alors qu'il se dirigeait vers le centre-ville. Il serait passé non loin de l'ancienne crèche/maternelle maintenant abandonnée à cause du risque (non pas d'ours mais) d'avalanches ! On vit dangereusement !

    Ayant appris cela, Sophie, qui n'a visiblement pas inventé la poudre, s'est précipitée pour essayer d'aller trouver des traces... mais bon... la prochaine fois, ce serait bien de faire ça avant qu'il neige ! oops Quand il neige une bonne partie de la journée, ça n'aide pas no ça m'apprendra à réfléchir 2 secondes ! mais ça m'a fait prendre l'air

    Et du coup, je vous ai pris quelques photos de l'église et de la déco de Noël... leur "sapin" en métal a plus d'allure que l'espèce de branche rabougrie qu'on nous a collé sur la "place centrale"

    Cette fois, c'est la bonne

     

    Cette fois, c'est la bonne

     

    Cette fois, c'est la bonne

     

    Cette fois, c'est la bonne

     

    Cette fois, c'est la bonne

     

    Cette fois, c'est la bonne

     

     

     


    2 commentaires