• Une fois n'est pas coutume, nous allons faire ce soir dans l'urbain... quelques photos de mon bref passage à Oslo après Tromsø. Lors de mon précédent passage, je m'étais rendue compte qu'il y avait eu de gros changement dans le quartier de Bjørvika, près de la gare centrale, quartier où je ne passe normalement jamais lors de mes brefs passages à Oslo lors de ma transhumance vers la France. Il se trouve que cette fois-là, je prenais un vol l'après-midi et j'avais des choses à faire en ville, donc j'avais laissé ma valise à la gare et là ! le choc ! incroyable comme ce quartier que je n'avais pas vu depuis mon départ d'Oslo il y a 6 ans et demi a été construit. J'avais donc décidé d'y jeter un oeil et j'ai fait chauffer mon Huawei... une bonne occasion de tester ses capacités photos avec un peu plus de lumière

    Commençons par l'Opéra, qui, lui, existait déjà depuis plusieurs années quand je suis partie

    Un peu d'urbain... Bjørvika

    un beau bâtiment et mis en valeur par la jolie lumière

    Un peu d'urbain... Bjørvika

     

    Un peu d'urbain... Bjørvika

     

    Ce qui est nouveau par contre, c'est sa voisine : la nouvelle bibliothèque

    Un peu d'urbain... BjørvikaJe suis un peu plu sceptique mais je pense que la lumière était flatteuse

     

    De l'autre côté, côté fjord, la sculpture "iceberg"

    Un peu d'urbain... Bjørvika

     

    Un peu d'urbain... Bjørvika

    L'Opera côté fjord et oui... c'est mon ombre... elle existe toujours

    Un peu d'urbain... Bjørvika

     

    Un peu d'urbain... Bjørvika

     

    A partir de là commence une "promenade" pour l'instant au milieu de zones de travaux dans un quartier nouveau, qui n'existait strictement pas de mon temps

    Un peu d'urbain... Bjørvika

     

    Au passage, un bateau étrange et fleuri

    Un peu d'urbain... Bjørvika

     

    Un peu d'urbain... Bjørvika

     

    Vision de cauchemar... le bâtiment du nouveau/futur musée Munch... qui a fait couler beaucoup d'encre (et sans doute de larmes)

    Un peu d'urbain... Bjørvika

     

    de côté, c'est un peu moins laid mais pas beaucoup

    Un peu d'urbain... Bjørvika

     

    à la droite de Lambda (c'est comme ça qu'il s'appelle), il y a au 1er plan des bâtiments nouveaux et qui ont l'air encore en construction. En arrière-plan, le "barcode"qui venait d'être construit quand je suis partie. Perfidie des constructeurs à Oslo en bord de mer : ils construisent une tranche, vendent des apparts et bureaux avec vue mer qu'ils vendent un bras bien sûr puisqu'il y a vue mer, puis ils construisent une nouvelle tranche devant, qui prend toute la vue mer et c'est reparti pour un tour... ils font ça facilement avec 3/4 tranches et ils ont déjà fait le même coup à Aker Brygge/Tjuvholmen. Et les gens continuent à se faire avoir malgré tout no

    Un peu d'urbain... Bjørvika

     

    à suivre...

     


    votre commentaire
  • Changement de gouvernement aujourd'hui en Norvège et Svalbard a été doté d'un nouveau "ministre"... " ": il n'y a pas de ministre du Svalbard mais c'est le Ministre de la Justice qui nous a dans son porte-feuille.

    Et on n'a pas eu de chance ces dernières années, ça a valsé justement sur ce poste. C'est notre 7e ministre depuis que le FrP (la droite populiste) est rentré au gouvernement en octobre 2013. Tous les ministres de la Justice ont été FrP et ils ont plus ou moins tous été impliqués dans divers scandales et ont dû gicler. Lundi, c'est tout le parti qui a quitté le gouvernement et du coup, il a fallu nous nommer un nouveau ministre, Monica Maeland, qui sait qu'on existe (c'est mieux que d'autres au moment de leur nomination) et elle est déjà venue nous rendre visite dans différents cadres.

    Elle était là récemment pour l'inauguration des nouveaux logements de Gruvedalen construits en 4e vitesse et elle était là quand la fermeture de la mine de charbon de Svea/Lunckefjell avait été annoncée (elle était alors ministre de l'industrie).

    La valse des ministres

    photo Christopher Engås, Svalbardposten (lors de sa visite en juillet 2019)

     

    On va voir combien de temps elle va rester en poste, elle oops parce que, là, on commence à avoir le tournis.


    votre commentaire
  • Nous avons un problème chronique chaque année après Noël, les gens achètent des sapins de Noël mais quand il s'agit de les gérer en "post-traumatique", il n'y a plus personne. Même en plein été ("été") on retrouve des sapins en ville ou un peu partout dans la vallée, emportés au grès des vents.

    Initialement, les gens étaient censés les apporter à la décharge (gratuitement), c'était clairement trop demandé... diverses options ont été tentées : un ramassage organisé par la chorale mixte qui en profite pour collecter des fonds pour son fonctionnement, dépose près des conteneurs à poubelles... non ! il  y a toujours des sapins qui refont surface 6 mois après.

    Une année la crèche/maternelle en avait recueilli pour faire une "forêt" dans la cour.

    Cette année, "on" innove : un grand feu de joie où on brûle tous les sapins (certainement pas tous... ne nous faisons pas trop d'illusions)... et au cas où certains se diraient que c'est du gâchis, qu'il faudrait les brûler dans la cheminée (pour ceux qui en ont)... JAMAIS !! on ne brûle jamais un sapin de l'année dans la cheminée, c'est un coup à encrasser et engluer le conduit de substances inflammables... au risque que ça flambe, mais pas où ça devrait

    Un gros avantage pour Sophie (qui est plutôt anti-sapin ici : quelle idée de faire venir des arbres jusqu'ici, est-ce bien nécessaire ?), un nouveau sujet photographique... ça change un peu

    Une nouvelle tradition

     

    Faut pas croire que ça flambe tout seul pourtant

    Une nouvelle tradition

     

     

    En attendant, je m'occupe avec la lune et le clair de lune

     

     

    Une nouvelle tradition

     

    Avec quelques litres d'essence oh le problème est vite résolu

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Une nouvelle tradition

     

    Avant de les brûler, il y a aussi eu une compétition de lancer de sapin mais je n'ai pas encore eu le temps de trier les photos, ce sera pour une autre fois s'il y a quelque chose d'exploitable


    votre commentaire
  • Beaucoup de vent ces derniers temps, mais encore plus chez les "voisins" apparemment.

    Pas d'avions aujourd'hui : à la fois l'avion de SAS via Tromsø et l'avion postal ont été annulés, pas à cause de nous pour une fois. Cette fois c'était à cause du vent à Tromsø... et pourtant, ici, ça soufflait bien surtout avant-hier et ça ne les a pas empêchés de faire atterrir et décoller les avions. ça devait secouer à Tromsø ! A l'embarquement, ils ont même demander à des gens de se sacrifier, être "transférés" sur un autre vol pour alléger l'avion (euh il faut combien de passagers pour que ce soit significatif ??), ils ont embarqué, poireauté dans l'avion sur la piste et finalement, changement de plan : vol bel et bien annulé

    Isolés du monde ???

    copie d'écran windy.com plus tôt dans la journée. Tromsø est juste à côté de la zone violacée

    1er drame : c'était le jour où le journal local, hebdomadaire, devait venir en avion

    2e drame : il y avait apparemment une livraison relativement urgente de médicaments et il n'y a pas d'avion postal le vendredi, le samedi, le dimanche... le prochain n'est que lundi en fin de journée. Du coup, ça les a motivés à faire un effort et ajouter un avion postal demain. SAS aussi aura un avion de plus demain matin (bizarrement, il était plein)

    Heureusement, il n'y a pas que les avions pour nous réapprovisionner, il y a aussi le bateau cargo Norbjørn... sauf qu'il a apparemment rencontré trop de glace et a dû être assisté par le bateau des gardes-côtes KV Svalbard qui est brise-glace. Ouf, on est sauvé... on échappe à la pénurie de PQ ! Enfin... pour cette fois, parce que nous serons 3 semaines sans bateau (plus que la normale de ces dernières années) parce que le-dit bateau doit passer son "contrôle technique" ou allez savoir comment ça s'appelle pour un bateau. Manquerait plus qu'il y ait des trucs qui ne soient pas aux normes.... oh On se demande comment ils faisaient avant quand ils étaient isolés de octobre/novembre à mai/juin he

    D'ailleurs, on ne comprend rien à la carte des glaces en ce moment.

    Il y a 4 jours ça ressemblait à ça :

    Isolés du monde ???

     

    carte cryo.met.no

     

    euh... 

     

    Certains qui ont des expéditions hiver en bateau (on ne citera pas de noms), commençaient à avoir des sueurs froides

    Mais 3 jours de vent et hop

    Isolés du monde ???

     

    c'est-y pas incroyable, ça, madame ??

    mais là, on ne comprend pas bien pourquoi le Norbjørn a eu besoin d'un brise-glace pour nous atteindre aujourd'hui

    Donc la réalité doit être quelque part entre les 2. Tant qu'on n'aura pas un peu de jour, difficile de savoir qui a raison. Les images satellites n'ont pas l'air très faciles à interpréter ces temps-ci.

    Autre mystère : je découvre subitement un bateau de recherche en train de faire des aller-retours dans Billefjorden

    Isolés du monde ???

    qui est censé être gelé, pris dans de la banquise "solide" d'après la carte des glaces

    Isolés du monde ???

    c'est un brise-glace mais il n'oserait pas aller péter la glace qui se forme dans le fjord, hein ??? cette glace si précieuse pour nos amis les zanimos ???

    Enfin, même si la glace n'était pas aussi compacte que ce qui est indiqué sur la carte des glaces, est-ce judicieux d'aller faire mumuse dans la glace en train de se former. Créer des "fractures"/"ouvertures" alors que ça vente, c'est pas franchement la meilleure façon de favoriser la formation de la glace ! Assez incompréhensible

     

    Sophie va mener son enquête glasses

     


    1 commentaire
  • Vendredi, 3 janvier 1920, s'est produit l'accident le plus meurtrier ayant touché une mine des environs de Longyearbyen, et en fait aussi l'accident le plus meurtrier de l'histoire minière de la Norvège.

    L'accident s'est produit dans la mine 1a, mine que l'on appelle la mine américaine car c'était la mine exploitée par la société fondée par John Munroe Longyear (d'où le nom de Longyearbyen= Longyearcity). Pour ceux qui ont déjà visité la ville, c'est la mine au-dessus de l'église. Elle avait été reprise par Store Norske Kull Kompani après que les américains aient fait faillite pendant la guerre. 

    La triste histoire de l'exploitation minière

    Photo d'archive Norsk Polarinstitutt montrant la mine plus tard la même année

     

    La triste histoire de l'exploitation minière

    photo d'archive SNSK 1917, 2,5 ans avant l'accident. On voit aussi où était située la ville à cette époque, pour ainsi dire tout  a brûlé pendant la 2e guerre mondiale

    L'accident a fait 26 victimes et il n'y a jamais eu d'enquête policière car Svalbard, ou plutôt Spitzberg/Spitsbergen  à l'époque, était un no man's land. Le traité du Spitzberg n'avait pas encore été signé et ce n'est qu'en 1925 que la Norvège a pris le contrôle des lieux.

    L'accident s'est produit pendant la nuit (la nuit à la "montre" je veux dire, il faisait de toute façon nuit tout le temps), 34 mineurs étaient dans la mine. Des étincelles provoquées par les explosifs utilisés plus profondément dans la mine ont enflammé le charbon et l'explosion a été instantanée et détruit l'intégralité de la mine et des installations les plus proches à l'extérieur. Pas d'avion à l'époque, le dernier bateau avait quitté l'île en octobre et la population était isolée jusqu'au prochain bateau à la fin du printemps.

    Ce n'est qu'en juillet que la fumée a disparu dans la mine et que des "sauveteurs" ont pu être envoyés, " " car il n'y avait personne à sauver mais juste des corps à retrouver/aller chercher, certaines personnes étaient toujours portées disparues. Les derniers disparus ont été retrouvés le 16 aout, portant le bilan final à 26 morts.

    La triste histoire de l'exploitation minière

    photo d'archive SNSK

    Après cet accident, des mesures ont été prises pour améliorer la sécurité dans les mines avec des procédures plus sûres lors de l'utilisation des explosifs et lors des forages, des mesures du taux de méthane, une équipe de secours équipée pour intervenir malgré la fumée...

     

    Vendredi, une cérémonie a été organisée pour marquer les 100 ans de l'accident.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique