• Je ne vous ai pas donné de nouvelles sur l'évolution des recherches parce que, en gros, il n'y avait aucun progrès, mais hier le mini sous-marin est arrivé par avion militaire. Le temps de le monter et de le transporter sur les lieux, il a entamé ses recherches vers 13h en suivant un parcours systématique pour quadriller la zone présumée du crash. Il en est venu à bout vers 22h30 mais les données ne sont pas accessibles en temps réel. Il a donc fallu attendre qu'il soit remonté à bord pour que les données puissent être analysées et cela confirmerait la présence de l'épave (ou d'un gros morceau) dans la 1ère zone suspectée. L'hélico se trouverait à 2.2 km au nord-est du cap d'Heerodden (qui est situé au Nord de Barentsburg, voir la carte en dessous) côté Isfjorden à 209 m de fond, ce qui ne rend pas les choses aisées.  En plus, le vent a encore forci aujourd'hui, ce qui ne doit pas aidé.

    Accident d'hélico - le point au 29 octobre

    Un avion russe est arrivé dans la nuit avec 40 personnes à bord, en renfort, notamment 17 plongeurs spécialisés avec des équipements tels qu'ils peuvent plonger jusqu'à 300m. Quand chacun reste à sa place, tout se passe bien et avec Barentsburg, y compris les représentants officiels dont le consul, tout se passe bien... c'est dans les hautes sphères que ça coince parfois plus. Le consul a donc déclaré qu'ils souhaitaient apporter de l'aide, placée sous la direction du centre norvégien gérant les secours, et le gouverneur a volontiers accepté leur aide qui permet de disposer d'une compétence non disponible ici. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes... (pour l'instant du moins)

    L'opération de sauvetage a maintenant été classée en opération de recherche des victimes et placée sous le contrôle du Gouverneur. Quelque part, vu que dans tous les cas, on ne voit pas bien comment il pourrait y avoir des survivants depuis le temps, il faut espérer qu'ils retrouvent tous les corps dans l'épave, histoire que les familles récupèrent les corps de leurs proches. J'imagine qu'il n'y a rien de pire pour les proches que de ne jamais retrouver le corps des disparus. 

     

    Update 20h40

    Les (présumées) victimes ne sont pas dans l'hélico... ils ne sont pas au bout de leurs peines

    Une photo de l'hélico a été prise par un mini sous-marin, photo publiée sur le site du gouverneur

    Accident d'hélico - le point au 29 octobre

     

    On attend un bateau spécial qui doit arriver mercredi soir et hisser l'épave. On ne sait pas combien de temps ça prendra

     


    4 commentaires
  • Alors que nous nous réjouissions du début officiel de la période sombre, hier à 12h56 et de l'ouverture de notre annuel Dark Season Blues Festival, nous avons appris qu'une nouvelle catastrophe avait eu lieu.

    Un hélicoptère russe qui revenait de Pyramiden avec 8 personnes à bord a "disparu" vers 15h30 hier. La base de Kapp Heerodden, juste à côté de Barentsburg, a tout d'abord perdu le contact avec l'hélico, ce qui a été annoncé comme une disparition mais il y a ensuite eu des témoignages de gens qui avaient vu les lumières de l'hélico approchant disparaître soudain au dessus de la mer. Une opération de sauvetage de grande envergure a été lancée dans un 1er temps recherche d'éventuels survivants (en espérant qu'ils avaient un radeau de sauvetage et portaient des combinaisons de survie) et de l'épave ou d'indices. Il faisait déjà nuit bien sûr et il neigeait donc ça n'a pas facilité les choses.

    A l'heure où je vous parle, il n'y a pas eu beaucoup de progrès : d'abord il a été repéré une nappe d'huile puis vers 22h je crois, ils ont repéré des bulles dans la zone où ça sentait le plus l'essence. Ils pensent (pensaient?) donc que l'épave ou une partie de l'épave se trouve au fond de l'eau à cet endroit, à une profondeur de 200 à 250 m. Des échos radar/sonar auraient confirmé l'hypothèse. Il a donc fallu envoyer un petit robot sous-marin par l'avion de nuit de SAS mais entre temps les conditions ont empiré avec plus de neige et surtout plus de vent. Pour l'instant, toujours pas d'épave localisée et il était question d'envoyer un véhicule sous-marin de plus grande taille. 

    Nouvelle catastrophe

    photo de l'hélico de Trust Arctikugol (Bjørn Frantzen)

    Le temps passant, les chances déjà assez minimes, de trouver des survivants s'amenuisent encore plus. 

    Je rappelle que nos voisins russes avaient déjà été affectés par une autre catastrophe en avril quand un groupe de guides + touristes était passé à travers la glace, un guide est mort par la suite. On ne leur souhaitait vraiment pas d'être confrontés à ce genre d'incident à nouveau.

     

    En 2008, un hélico s'était crashé à l'atterrissage à l'héliport de Kapp Heerodden avec 9 personnes à bord, faisant 3 morts et des blessés graves.

     

    J'ai assez vite pensé que ça allait sans doute nous déclencher une nouvelle friction politique (pour ne pas parler de crise) comme cela s'était produit après l'accident d'avion d'Operafjellet qui avait fait 141 morts en 1996: les russes voulaient prendre en charge les recherches (difficile de parler de sauvetage, il a été assez vite évident qu'il n'y avait rien à sauver) mais la Norvège n'avait pas lâché le morceau et soutenu que cela relevait de sa responsabilité puisque c'est territoire norvégien.

     

    ça n'a pas pris longtemps : il y a 2 heures, l'article ci-dessous était publié. La Russie refait pression pour installer un centre de Search & Rescue russe, demande déjà déposée et rejetée à plusieurs reprises par la Norvège, bien décidée à ne pas fragiliser sa souveraineté sur l'archipel

    https://thebarentsobserver.com/en/arctic/2017/10/helicopter-crash-might-add-power-russias-push-new-base-svalbard#.WfMdPhLxF6g.twitter

    De mauvais goût tout ça, sans doute... non ?? surtout quand les recherches sont toujours en cours.

    Mais pas autant de mauvais goût que Svalbardposten qui limite l'accès aux articles sur le sujet aux abonnés en ligne (ils ont des articles à accès libre et des articles accessibles seulement avec abonnement).  Ils ont aussi fait disparaître leur opération promotionnelle proposant de s'abonner jusqu'à la fin de l'année pour 100 kr (10 euros et quelques) au lieu des 35 kr par 24h. Je sais que SvalbardPosten est dans une situation financière délicate mais remplir les caisses sur le cadavre des autres, c'est assez révoltant. (Pour ma part, je suis abonnée à la version papier, ça me donnerait presque envie de me désabonner).

     

    Ne dépensons pas trop d'énergie sur de telles bassesses, et croisons les doigts (faut pas compter sur moi pour prier) pour un "miracle"


    3 commentaires
  • Nous sommes en plan dans le téléthon annuel... cette année, pour l'Unicef.

    C'est toujours un grand moment de la vie locale... alors que ça devrait prendre un jour, ça nous occupe un mois.

    En milieu de journée (ce qui revient au même que de parler de toute la journée vu la durée des jours maintenant), c'était le Trimbingo que je testais (pour vous) pour la 1ere fois. Trim : exercice (au sens de faire de l'exercice, se bouger le c...), bingo aussi connu sous le nom de loto

    Ma 1ere surprise a été de découvrir que c'est même pas une idée locale, ça existe ailleurs (déception) et on avat même des vrais tickets sérieux

    Trimbingo

    Trimbingo

    Comme vous pouvez le constater, ce billet n'a pas été gagnant... les 9 autres non plus... Erreur stratégique d'en acheter 10 mais comme ils ne coûtaient que 10 kr et que le but est de ramasser de l'argent, je me suis dit que 100 kr (entre 10 et 11 euros) c'était un minimum pour la décence. Mais 10 grilles, c'était un peu ch... à gérer.

    Une fois qu'on avait récupéré nos grilles au bout de la rue 230 au pied de Sukkertoppen côté ville, il fallait se promener en suivant/contournant le pied de Sukkertoppen et on rencontrait des petites affiches avec 4 numéros et il fallait vérifier les 10 (!!) grilles et cocher avec un stylo à bille (mais quelle erreur !) qui ne voulait pas écrire à ces températures anormalement chaudes, certes,  mais pas anormalement chaudes pour un stylo

    Trimbingo

     

    Vous aurez bien compris que c'est une bonne activité familiale pour occuper les enfants et leur faire prendre l'air (même si ça, il n'y a pas besoin de forcer ici... les enfants sont toujours dehors... même à l'école... lol). Enfants, très excités bien sûr... moi, je faisais un peu tâche dans le paysage, surtout que les voisines se sont dégonflées au dernier moment... mais je ne recule devant aucun sacrifice pour vous he

     

    Objectif de la promenade : la cabane où Better Moments (tour operator local) a ses bureaux, juste au dessus du 2e chenil à la sortie de la ville... on ne s'est donc pas beaucoup fatigué mais bon... c'est fait pour les enfants, de tout âge

    Trimbingo

     

    on l'aperçoit dans le fond derrière le groupe de gens

     

    C'était la 1ere fois que j'y mettais les pieds. Je crois qu'ils en ont fait l'acquisition (ou qu'ils louent) depuis un peu plus d'un an. Très bien aménagé dedans mais je n'ai pas rapporté de photos parce qu'il y avait trop de gens, trop de bruit, trop d'agitation... j'ai même renoncé à faire la queue pour la gaufre (qu'on se faisait cuire soi-même)... c'est dire !

    Au bilan, je n'ai rien gagné (bien sûr)... pas plus brillant que pour le bingo classique il y a une dizaine de jours... mais au moins, je n'avais pas à rapporter à la maison un truc qui m'encombre cool

     

    Ce soir, c'était les enchères... le Climax de tout le téléthon.. je n'y ai jamais assisté et j'étais bien décidée à y aller mais j'ai joué la prudence au dernier moment... je crains que, pris dans la frénésie collective, on se retrouve vite à surenchérir plus que de raison... et ils ont des trucs qui se marchandent à des prix plutôt étourdissants !! ça se termine toujours par la vente d'une peau d'ours tué ici... parce que, malheureusement, on a plus d'un ours tué par an en légitime défense ou par accident... aucun cette année (pourvu  que ça dure) mais 4 l'an passé (3 adultes et un ourson). Prix en général autour de 10 000 euros plus

    Autres classiques : le cours sécurité arrangé par Unis en janvier (ça dure environ 1 semaine), participer à un exercice SAR (search and rescue) en hélico, s'assurer une place lors de la campagne de nettoyage des plages avec le gouverneur (c'est gratuit sinon mais c'est un tirage au sort), un tour à la journée pour 35personnes avec le Polarsyssel, le bateau du gouverneur et toutes sortes de choses comme un pass culturel à l'année, différentes photos (dont une de Sophie sur plexi... enfin "de moi" vous comprenez ce que je veux dire... c'est pas moi le motif mais un renard), un plombier pour une journée, un buffet pizza pour 10, un gâteau pour 30, un tour à la journée à Barentsburg en hélico avec le gouverneur (ils n'ont pas le droit d'utiliser l'hélico pour faire du tourisme mais 2 pers peuvent s'incruster lors de l'une de leur visite d'inspection), une peau de phoque, un fossile... et j'en passe... 103 "choses" différentes sont mises aux enchères cette année.

    Il faut profiter tant qu'il y a encore de l'argent dans cette ville arf

     


    votre commentaire
  • ou de guillotine... au choix

    Je m'attaque à ce sujet que je dois traiter depuis que la nouvelle est tombée jeudi mais c'est un "gros" morceau.

    Lors de l'annonce du projet de budget 2018 pour la Norvège, ce qui inclut aussi une grosse partie du budget du Svalbard et de Longyearbyen, il a été annoncé que l'état norvégien n'envisage pas de réouvrir les mines de Svea et Lunckefjell, fermées provisoirement pour 3 ans  il y a 2 ans (vous suivez, là ??). L'idée était de laisser le temps au cours du charbon de remonter, de trouver des marchés plus "exclusifs" (comme de vendre le charbon pour la métallurgie) et d'essayer d'exploiter de façon rentable, ce qui n'avait pas été le cas les dernières années (entre autres... il y a en fait eu peu de périodes où ça a été rentable)

    Une petite carte pour localiser les choses

    Le coup de massue

    les 3 points rouges : Longyearbyen en haut, Sveagruva en bas à droite, Barentsburg le plus à l'est

     

    La 1ere réaction est sans doute pour beaucoup de se réjouir, mais y a-t-il vraiment de quoi se réjouir ??

    1er point : environnemental

    C'est sûr que de ne pas exploiter le charbon est mieux pour l'environnement que de l'exploiter, mais ce n'est pas si simple... D'une part, ce sont les norvégiens qui arrêtent l'exploitation, ils vont donc perdre leur licence pour cette mine. Rien n'empêche, a priori, que quelqu'un d'autre reprenne l'exploitation... et on a 2 bons clients pour cela : la Russie qui ne demande que ça (il leur faut une raison pour rester au Svalbard et l'activité minière à Barentsburg bat de l'aile, ils ont des conditions beaucoup plus difficiles que dans les mines norvégiennes actuellement en exploitation - en fait, ils avaient un projet de réouvrir Grumant, une ancienne mine à eux qui n'avait pas l'air super rentable non plus) ou la Chine qui a récemment signé le traité du Spitzberg et a donc parfaitement le droit de s'installer ici... et les mines de charbon, ça les connaît

    Si quelqu'un s'interroge sur la rentabilité, je pense que c'est un problème annexe. La Russie et la Chine veulent avoir un pied ici, peu importe ce que ça leur coûte... et, à mon avis, ils n'auront pas de problème à rendre l'exploitation rentable parce que leurs salaires et conditions de travail sont sans commune mesure avec celles des norvégiens.

    La Norvège peut essayer de ne pas autoriser l'exploitation par un autre pays mais cela paraît difficile alors qu'elle exploitait elle-même et que les arguments avancés haut et fort pour ne pas relancer l'exploitation sont économiques et pas environnementaux. Comme on est déjà dans une période de tension avec la Russie et l'Europe quant à savoir si le socle continental est régi par le traité du Spitzberg ou est purement norvégien, cela paraît peu probable que le risque soit pris d'envenimer les choses avec un nouveau sujet de discorde.

    En plus, si quelqu'un reprenait la mine et l'infrastructure qui va avec, la Norvège fera de grosses économies sur le "nettoyage". Parce que quand on cesse d'exploiter, on doit remettre dans le même état qu'avant... Encore un truc super logique : les vieilleries liées à l'activité minière autour et dans Longyearbyen sont protégées (vénérées ??) mais ce qui est nouveau est sans valeur. Vous trouvez ça logique, vous ? Ce qui est vieux a été neuf un jour, ce qui est neuf maintenant pourrait devenir vieux. Ce qui à 50 ans aura-t-il plus de valeur que ce qui est de maintenant, pour un historien dans 100 ans ?? On devrait tout enlever ou tout garder, mais je ne vois pas de raison de faire une différence.

    Bref bref...

    2e point par rapport à l'aspect environnemental... si on arrête d'exploiter le charbon, il va falloir trouver autre chose pour créer des emplois, des revenus et de l'activité. Ce n'est pas charbon ou rien... c'est charbon ou quelque chose d'autre.

    Et là, une question intéressante est de savoir ce qu'on va nous trouver comme idée. L'exploitation du charbon a mauvaise réputation mais est-ce bien justifié ? c'est une exploitation peu polluante (pour ainsi dire pas de produits chimiques impliqués, "notre" charbon est de très bonne qualité avec peu de soufre), ça fait tache dans le paysage parce qu'il y a de la poussière noire de charbon mais ce n'est pas à proprement parler une pollution, ça fait fondre plus vite la neige ce qui a des aspects positifs et négatifs pour la faune et la flore.  En gros, on enlève quasiment seulement la veine de charbon par opposition à d'autres exploitations de minerais où il faut creuser des tonnes de roches pour quelques grammes/kg de métal ou minéraux précieux. Quand je parle de ça, j'ai particulièrement en tête l'exploitation de l'or. L'or est peut-être bien vu parce que c'est un métal noble mais les mines sont une pure cata avec des saloperies de produits chimiques... et exploiter l'or au lieu du charbon, c'est quelque chose qui a été évoqué à plusieurs reprises.

    Autre aspect de la mauvaise réputation du charbon : le bilan carbone... là aussi, ça dépend de quoi on parle. L'exploitation en elle-même libère du méthane, ce qui n'est pas bien pour le bilan carbone mais ce ne sont pas des quantités énormes. Le principal problème vient du transport (à la fois du carbon lui même et du personnel) mais c'est pas pire que le transport des touristes en avion. Et enfin, tout le monde associe le charbon aux centrales à charbon et c'est la cata, mais on a besoin de charbon dans la métallurgie, en particulier pour l'acier (fer + un peu de carbone) et ça, on n'est pas prêt de s'en passer, surtout si on veut limiter l'utilisation du plastique pour les emballages. Donc là encore, tout dépend de ce qu'on va faire à la place : si vous arrêtez l'exploitation du charbon mais doublez l'activité touristique pour "compenser", le bilan n'est pas positif du tout.

     

    Ceci c'était pour l'aspect environnemental.... maintenant, quelles vont être les conséquences pour Longyearbyen ? Difficile à prévoir... l'avenir nous le dira. L'exploitation du charbon de la mine n°7 au fond de la vallée va se poursuivre pendant 10-15 ans selon les estimations et tant qu'on utilise la centrale électrique actuelle, on est dépendant de ce charbon... on ne va donc pas tout de suite perdre la centaine d'emplois qui existent encore dans Store Norske (la compagnie qui exploite le charbon). En plus de ceux qui travaillent dans la mine 7, il est prévu une quarantaine d'emplois pour s'occuper du nettoyage/démantèlement. ça ne crée pas d'emplois non plus : actuellement, il y avait des gens qui travaillaient toujours à Svea pour maintenir les installations dans une condition permettant la réouverture éventuelle.

    Un raisonnement simpliste est aussi de dire que de toute façon, ça ne rapportait pas d'argent puisqu'ils étaient déficitaires. C'est bien évidemment plus compliqué que ça... la compagnie était déficitaire donc logiquement ne payait pas d'impôts ici certes mais à la plus belle époque, il y a 5 ans environ, il y avait plus de 350 employés, tous avec des salaires très confortables et tous ces employés payaient leurs impôts ici. J'aimerais bien mettre la main sur le bilan des impôts encaissés ici

    En 2012, ils ont versé 300 millions de nok en salaire pur (divisez par 10 en gros pour avoir en euros on n'est pas à ça près; 9,3 pour les puristes).

    Les salaires sont taxés normalement à 16,2% (ou plus pour les salaires les plus élevés), 8% restent ici (le reste c'est pour le régime des retraites et la sécu), soit 24 millions dans les caisses locales.

    Si on compare avec le plus gros acteur actuel, Hurtigruten Svalbard (anciennement Spitsbergen Travel), actuellement 223 employés, le double des employés actuels de Store Norske... on peut donc se dire que tout va bien.... sauf que ces employés sont souvent des guides, des saisonniers, des temps partiels, avec des salaires pas très reluisants comme souvent dans le tourisme. Salaires versés l'an passé 68 millions  soit 5,5 millions dans les caisses locales... Comme ils ont fait des bénéf, eux, la compagnie a payé 5 millions d'impôts mais je ne sais pas si tout reste ici. De toute façon, l'un dans l'autre, on est en dessous de la moitié de ce que rapportait Store Norske en 2012.

    Bien sûr, il fallait combler le déficit, mais c'était de l'argent norvégien, pas local.

    A ceci on peut ajouter les emplois indirects liés à l'activité minière et assurés par des sous-traitants + le fait que Store Norske sponsorisait un certain nombre d'événements + le fait que les employés, bien payés, consommaient plus en ville que les guides aux salaires misérables. 

    Et si on s'intéresse au 3e pilier actuel d'activité à Longyearbyen : l'université et la recherche... ils sont eux aussi en négatif, de 5 millions en 2016 donc pas d'impôts et 62 millions versés en salaires, donc un peu moins d'impôts payés localement par les employés (et d'ailleurs, c'est même pas sûr que tout soit payé ici parce qu'il y a des intervenants et qu'il faut habiter ici 50% de l'année au moins pour payer ses impôts ici)... et les étudiants, on sait qu'ils n'ont pas d'argent et que c'est pas eux qui sont de gros consommateurs locaux. Faut pas compter sur eux pour faire tourner l'économie locale

    Bref bref... Il sera intéressant de voir dans quel état seront les finances locales quand on n'aura plus que les emplois liés à la mine 7, voire plus tard quand ces emplois auront disparu aussi.

    Le parti des verts nous a annoncés ces dernières années qu'on n'avait pas besoin de l'exploitation minière, qu'on  a plein d'emplois à créer pour le tri des déchets... je demande à voir... et je ne vois pas très bien comment ça va rapporter de l'argent, ne serait-ce que suffisamment pour payer le salaire des employés.

     

    Conclusion

    Les norvégiens arrêtent l'exploitation de Svea et Lunckefjell mais quelqu'un d'autre va très certainement reprendre le flambeau ou on se tape une crise internationale si la Norvège essaie de l'empêcher

    Pour compenser, on crée des emplois dans une autre activité qui a de fortes chances d'être pire pour l'environnement (mais qui est plus politiquement correct de prime abord alors l'honneur est sauf)

    Les finances de Longyearbyen se cassent la gueule alors que les russes ou les chinois s'enrichissent (trop contents de profiter du milliard d'investissement de la Norvège dans Lunckefjell qui n'aura jamais été mise en production)

    Le % de norvégiens vivant à Longyearbyen s'écroule alors que le % d'étrangers ne cesse d'augmenter (c'est déjà le cas mais on va accélérer les choses) parce que les norvégiens veulent des emplois "nobles" et/ou bien payés alors que les étrangers veulent juste être là

     ça promet !

     

    Article pas sexy, indigeste et à rallonge, mais parfois faut être un peu sérieux 

     

    Pour ceux que ça intéresse d'aller voir la comptabilité de Store Norske (section mine), Hurtigruten Svalbard et UNIS

    https://www.proff.no/regnskap/store-norske-spitsbergen-grubekompani-as/longyearbyen/-/Z0I4LRMC/

    https://www.proff.no/regnskap/hurtigruten-svalbard-as/longyearbyen/reiselivstjenester/Z0I4LRQM/

    https://www.proff.no/regnskap/universitetssenteret-på-svalbard-as/longyearbyen/forskning-og-utvikling/Z0I4LP6M/

     


    5 commentaires
  • Il y a parfois des trucs dont la logique m'échappe... alors que le projet de  budget 2018 pour la Norvège a été rendu publique jeudi et qu'on a découvert que Svalbard recevrait moins de moyens qu'espéré, notamment pour le projet de construction des pare-avalanches, pare-glissements de terrain et autres cata, une discussion sur Facebook a été lancée alors que les gens s'étonnaient de l'aspect des travaux préparatoires pour la mise en place d'une piste piétons/cyclistes au nord de l'école... il était temps vous me direz... une piste avait mise en place dans le cadre de la construction des quartiers Elvesletta Nord et Elvesletta Sud, mais entre les 2 pas de pistes et entre Elvesletta Sud et l'école pas de piste non plus. Il est officiel conseillé aux piétons et cyclistes de passer par un autre chemin, plus sûr mais plus long, plus tarabiscoté et avec plus de dénivelé... chemin qui implique de plus de passer par le pont enjambant Vannledningsdalen où le risque de coulée de boue/neige entraîne la fermeture du point par périodes... bref... pas très logique et pas très pratique.

    Pour clarifier pour ceux qui ne connaissent pas (= la majorité) un petit plan

    Logique implacable

    Elvesletta Nord c'est la zone en blanc marquée D8

    Elvesletta Sud c'est la zone en blanc marquée D24-D13

    L'école et le gymnase sont dans la zone rose saumoné marquée S6

    et sur ce bout de carte, je vous ai indiqué en noir le chemin conseillé pour éviter le bord de la route dangereux surtout pendant la période sombre

    Logique implacable

    sur la carte on ne voit pas que ce chemin noir monte et descend pour rien

    Donc, ça a été une très bonne nouvelle d'apprendre qu'ils allaient mettre en place la portion manquante entre Elvesletta Sud et l'école.

    Logique implacable

    image empruntée sur facebook

    Pour expliquer le progrès dans cette première phase, il faut savoir qu'il n'y avait pas de place à droite de la route... le talus attaquait directement au bord de la route. Donc ils ont remblayé pour créer une zone aménageable mais pourquoi y a-t-il une zone en retrait me direz-vous ?

    Si vous regardez bien, au niveau de cette zone en retrait, il y a 3 blocs de béton (en fait 4 mais on n'en voit que 3 sur la photo) qui sont en fait les fondations d'une ancienne construction du funiculaire à charbon. Vous pensez peut-être qu'on s'en tape royalement de fondation d'un de ces bidules dont on a un nombre incalculable (mais certainement calculé en fait) dans les environs... mais non non... tout ceci est protégé, ça fait partie du patrimoine historique, et non seulement les objets par eux-mêmes sont protégés mais il y a un périmètre de sécurité autour.

    Il a donc fallu que le conseil municipal demande une dérogation pour obtenir l'autorisation d'empiéter sur cette zone de sécurité mais il a fallu trouver un compromis et des gens ont beaucoup réfléchi pour arriver à ça :

    Logique implacable

    une usine à gaz pour protéger 4 blocs de bétons qui sont de toute façon sous la neige 7 à 8 mois de l'année... est-ce qu'on ne marche pas un peu sur la tête ???

    Ils auraient remblayé tout du long, on aurait recouvert 1 ou 2 blocs et ça ne les aurait pas abîmés si on avait voulu leur faire revoir le jour... un jour.

    Donc, en résumé, on n'a pas assez d'argent pour protéger les gens et les habitations, mais on est obligé de dépenser du fric pour protéger des blocs de béton du patrimoine historique... hystérique.

    Et le manque de logique ne s'arrête pas là... j'aborderai peut-être le sujet demain si j'arrive à ramasser suffisamment de force et que j'arrive à ne pas m'énerver

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique