• Après les ours, un danger plus petit

    Toujours dans la série "nous vivons dangereusement" mais à une toute autre échelle, ce soir nous avions droit à un nouveau volet du séminaire du Arctic Safety Centre : les parasites.

    Au menu du jour,

    - dans un coin à renards, vous ne serez pas surpris, l'échinococcose... ça a l'air de surprendre les norvégiens, la Norvège "continentale" n'étant a priori pas touchée (pour l'instant)

    - la rage

    - la toxoplasmose

    Pour l'échinococcose, il faut un hôte intermédiaire et un hôte définitif (le renard). Le parasite serait arrivé à Svalbard via des renards porteurs, venus de Russie par la banquise. L'hôte intermédiaire est ici un campagnol venu aussi de Russie mais pas du même coin. Le climat ne leur convient pas franchement (heureusement) mais il y a un coin non loin de Longyearbyen, Grumant, où ils pullulent parce qu'ils y trouvent de l'herbe relativement haute sous les falaises à oiseaux. Si on est contaminé, on ne voit les symptômes que 10 à 15 ans plus tard (sympa) et le traitement est par chimio (sympa aussi). Les changements climatiques pourraient être une bonne chose : plus de pluie, surtout l'hiver, ne conviendrait pas aux campagnols.

    Pour la rage, il y a eu principalement 2 épisodes au Svalbard en 1980/81 et 2011... En 2011, tous les renards aux environs de Longyearbyen avaient été tués pour essayer de stopper l'épidémie (et ça a apparemment marché) y compris une petite famille qui vivait sous Mary Ann's Polarrigg, juste à côté de chez moi donc... imaginez comme je me serais amusée s'ils étaient encore là ! Mais bon, faut avouer qu'une famille de renards polaires n'a rien à faire en pleine ville... on a l'habitude de les voir se balader en ville mais y installer sa tanière, c'est un autre problème. Un certain nombre de rennes avaient aussi été contaminés et abattus.

    Après les ours, un danger plus petit

     

    La rage ne serait pas endémique, ce serait à nouveau des renards venus de Russie par la banquise qui seraient responsables... dans un contexte de changement climatique avec moins de glace, le risque devient moindre.

    La toxoplasmose, c'est plus une surprise et en fait,  les chercheurs eux-mêmes ont été surpris de trouver tant d'animaux contaminés au Svalbard, 67% des phoques barbus sont porteurs, 46% des ours, 19% des phoques annelés, 6% des morses, 7% des bernaches qui pourraient être les coupables : ce pourrait être elles qui ont apporté le parasite ici. Les taux augmentent.

     

    En conclusion : ne pas manger de champignons crus, ne pas manger de plantes (il y a quelques espèces mangeables et qui sont de bonnes sources de vitamines) et faire bouillir l'eau notamment dans les environs de Grumant et Fuglefjella. Ne pas manger de renard (ah ah), de morse et d'ours polaire (je n'ai pas beaucoup d'efforts à faire dans mon alimentation !!!). 

     

    On se demande vraiment comment on survit avec tout ça winktongue

     

    « Un peu de toutCruauté »

  • Commentaires

    1
    Jean Claude
    Vendredi 17 Février à 10:21
    Très intéressant. Mais ça me surprend que la Norvège continentale ne soit pas touchée. En effet, il me semble qu'il suffit que l'animal traverse la Finlande, toujours en restant à sec.
    Par ailleurs je ne sais pas si le loup est un vecteur?
    Je n'en ai pas entendu parler par les spécialistes qui étudient l'animal.
    L'homme a lui seul, véhicule beaucoup de saloperies.
    Depuis l'arrivée des Américains en Europe, nous avons vu se développer une quantité incroyable d'espèces non endémiques.
    Ça continue avec la Chine : exemple la pyrale du buis qui détruit les couverts de nos forêts, et nos jardins.
    Du coup, les sangliers fuient vers des lieux plus protecteurs.
      • Lundi 20 Février à 18:25

        Oui, ce n'est pas très clair tout ça mais je crois qu'en Norvège, il n'y a des renards polaires qu'en montagne et je ne pense pas qu'il y ait des renards roux tout en haut de la Norvège. Les renards polaires se déplacent apparemment sur des distances beaucoup plus grandes que les renards roux et il faut une densité de population suffisamment grande pour que la rage se transmette avant que l'animal ne meure. 

        Pour le loup, je ne sais pas s'ils peuvent être porteurs de la rage. Sans doute puisque les chiens le peuvent mais encore faut-il qu'il y en ait qui se fasse contaminer.

    2
    Patrick Audoux
    Mardi 21 Février à 11:22

    ... il y a aussi des vaccins très efficaces mais il est vrai que cela nuirait au plaisir de certains de zigouiller tout ce qui bouge. Les renards paient partout un très lourd tribut à l'acharnement d'une poignée de grands malades obsédés par l'idée de parvenir enfin ! à les éradiquer. On en sait quelque chose en France ! Résultat... les mulots et campagnols prolifèrent, les renards les plus futés fuient le massacre et s'installent près des habitations ( où théoriquement ils ne sont pas chassés ) et du coup... bouffent les poules. Et on doit empoisonner les rongeurs qui empoisonnent à leur tour nos chats. L'humain ou l'art de déstabiliser son biotop et détruire la Nature...mad

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :