• Après St Andrews (oui oui... on en est venu à bout... sauf que...), nous voici le lendemain à Grytviken, le seul endroit où il y a quelques personnes qui "habitent"... pas franchement des habitants mais ils travaillent là pour les gens comme nous : ouvrir le musée et la boutique, vérifier que tous les papiers sont en règle et tester le nettoyage de notre équipement... le truc qui nous a stressé à mort jusqu'à ce jour-là. On a passé l'aspirateur sur tous nos vêtements et dans les sacs (photos) à la recherche de la moindre trace de végétation. Les velcros à la pince à épiler ou en grattant avec des ciseaux, j'ai trouvé que c'était finalement le plus efficace. Les bottes, nettoyage après chaque débarquement et avant chaque débarquement... on ne sait jamais. Grâce à mon côté prof, je me suis retrouvée au contrôle du nettoyage des bottes avant chaque débarquement et en particulier celui-là. On nous avait traumatisé en nous citant l'exemple d'un bateau, l'année précédente, pour lequel la moitié des passagers avaient été refoulés au contrôle... oh Sophie (et les autres) était donc morte de peur... surtout, si quelqu'un était refoulé, il ne fallait pas que ce soit moi !!! Eh bien ! 100% de réussite ! contrôle que je n'ai même pas vu pour ma part, mais des passagers m'ont dit qu'ils avaient été contrôlés entre moi et la passerelle... c'était pourtant pas bien loin, mais j'étais trop concentrée sous mes dessous de bottes.

    Nous voici donc dans un endroit "civilisé

    Grytviken

    et le plafond c'est levé... on voit les montagnes ! fichtre !

    Grytviken

     

    Grytviken

     

    Pour ne pas changer, c'est une ancienne station baleinière fondée en 1904 par un Norvégien (forcément, vu le nom) et abandonnée en 1960 et des brouettes.

     

    On y trouve plein de choses toutes rouillées, notamment des épaves de bateaux

    Grytviken

     

    Grytviken

     

    Grytviken

     

    et par ci par là, des animaux qui ont l'air de s'en foutre au plus haut point... (notamment, sur la photo précédente, le triangle sombre devant le côté gauche du bateau, c'est une otarie à fourrure... vous voyez que je garde mes distances)

     

    Grytviken

     

    Quelques cormorans (je n'en ai vu que 2)

    Grytviken

     

    Grytviken

     

    Grytviken

     

    Grytviken

     

    Grytviken

    il s'en gratte les plumes

    Grytviken

     

    Grytviken

     

    C'est normal les pattes là ?? ça a l'air énorme, non? proportionnellement au reste de l'animal

     

    Quelques manchots royaux (ça vous manquait... hein ?)

    au 400 mm

    Grytviken

     

    Grytviken

     

    Grytviken

     

    Grytviken

     

    Grytviken

     

    ou au 35 mm, genre manchots dans leur environnement

    Grytviken

     

     

    des sternes antarctiques... parce que, oui, même si les sternes arctiques migrent entre l'arctique et l'antarctique, il y a aussi des sternes antarctiques qui, elles, restent dans l'hémisphère sud

    Grytviken

    Grytviken

    des otaries à fourrure donc... inévitables... mais inoffensives quand elles dorment (si elles dorment vraiment)

    Grytviken

     

    Grytviken

     

    des canards de Géorgie du Sud (la seule race de canard qu'on y trouve... au moins on ne risque pas de se planter)

    Grytviken

     

    mais ce qui m'a bien occupée, ce sont 2 jeunes éléphants de mer qui jouaient à se battre dans l'eau... ce sera pour la prochaine fois... à suivre donc

     


    4 commentaires
  • On va y arriver...

     

    Après la neige... on s'ébroue

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    ambiance polaire (mais en fait il faisait autour de 0°C, même pas froid)

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    Il y en a qui trouvent ça bon, la neige

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    et qui en redemandent

    St Andrews... on tient le bon bout

     

     

    D'autres, se la jouent l'air de rien

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    Allez... lève-toi et marche !

    St Andrews... on tient le bon bout

     

     

    pas l'air convaincu

    St Andrews... on tient le bon bout

     

     

    le blizzard reprend

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    concertation 

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    mais c'est quoi ton problème, à toi ??

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    Un autre amateur de neige, à la fois à la dégustation et parce que ça permet le transport par glissade ventrale

    St Andrews... on tient le bon bout

     

     

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    On n'y voit plus beaucoup

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    et on y voit même plus rien du tout

    St Andrews... on tient le bon bout

    et pourtant... un petit coup de "dehaze" et il y a bien de la vie là dans ce white out

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    je pense que mon objectif s'est rempli de neige sur le côté gauche... ça fait comme un voile blanc sur toutes les photos

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    St Andrews... on tient le bon bout

     

    mes petits camarades ont pris le chemin du retour... c'est bientôt l'heure du dernier zodiac et de rentrer sur le bateau pour aller manger...

    je vous avais dit qu'on en viendrait à bout...

    sauf que....

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Après les oies, revenons aux manchots... on en viendra à bout moi j'vous l'dis (j'espère du moins). J'ai de la chance, ces derniers jours le ciel est couvert. Je peux faire autre chose que de surveiller s'il y a des aurores ou pas. On en profite pour progresser, doucement mais sûrement, comme nos amis les manchots d'ailleurs. Il y a bien le festival de jazz qui a commencé hier, mais c'est pas trop ma tasse de thé

    St Andrews, on reprend

    Comme vous pouvez le constater, géographiquement, je n'ai pas progressé... je suis toujours dans un périmètre d'une centaine de mètres par rapport à là où j'avais regardé les jeunes éléphants de mer qui se chamaillaient dans  l'eau.

    St Andrews, on reprend

     

     

    St Andrews, on reprend

     

    St Andrews, on reprend

     

    Mais je finis par avoir un "souci technique" et je pars à la recherche d'un endroit acceptable (pas si simple avec tous ces photographes dans toutes les directions, et avec des gros télés en plus). Je n'ai pas regretté, j'ai ainsi trouvé un endroit photographiquement intéressant avec un angle différent... et très vite j'ai eu 2 photographes qui sont venus me rejoindre...

    St Andrews, on reprend

     

    Il y avait un groupe de manchots dans un creux et d'autres cherchaient à les rejoindre mais la raideur de la pente était un problème... doute et méditation

    St Andrews, on reprend

     

    ok... on essaie plus loin

    mais on sent un certain scepticisme

    St Andrews, on reprend

    scepticisme contagieux d'ailleurs

    St Andrews, on reprend

     

    et c'est un peu scabreux... faut freiner des 2 pattes

    St Andrews, on reprend

     

    les nageoires aident à retrouver l'équilibre

    St Andrews, on reprend

     

    Les manchots se suivent... et se ressemblent

    St Andrews, on reprend

     

     

    à gauche ou à droite ??

    St Andrews, on reprend

     

    le blizzard se lève et la visibilité diminue... cela devient intéressant cool

    St Andrews, on reprend

     

    St Andrews, on reprend

     

    Il y en a qui préfèrent ne pas voir ça

    St Andrews, on reprend

     

    Mon groupe de manchots se retrouve vite croûté de neige collante

    St Andrews, on reprend

     

    mais il suffit de se secouer un peu

    St Andrews, on reprend

     

    Je refais une tentative de pose longue... c'est pas simple, ils sont vraiment lents ces manchots

    St Andrews, on reprend

     

    St Andrews, on reprend

     

    St Andrews, on reprend

     

    St Andrews, on reprend

     

    ceux-là, ils ont l'air clonés/photoshopés mais même pas

    St Andrews, on reprend

     

    Toujours le même scepticisme

    St Andrews, on reprend

     

    et pourtant, il faut relativiser la "falaise"

    St Andrews, on reprend

     

    Allez une petite dernière avec un labbe

    St Andrews, on reprend

     

     


    2 commentaires
  • ça me rappelle un sketch des inconnus... la migration, c'est les oiseaux qui volent... l'immigration... je censure la suite, ce n'est plus politiquement correcte. Je suis moi-même une immigrée donc je peux me permettre.

    Dans le cadre des séminaires organisés par le Sysselmann, Unis et l'Institut polaire norvégien, il y en avait un sur la migration des oiseaux.

    J'espère que je n'en ai pas déjà parlé... sinon, faut pas s'inquiéter (j'espère) : j'alzheimerise toujours un peu à la fin de la nuit polaire.

    La 1ere des questions à 10 francs (à 1 euro ou ce que vous voulez), c'est pourquoi les oies migrent en fait...

    Eh bien, c'est parce qu'elles préfèrent l'herbe de "printemps" plus riche en protéines, elles migrent donc vers le nord au fur et à mesure que la belle herbe jeune et verte pousse avec ardeur.

     

    Je me permets d'emprunter des dias de la présentation de Maarten Loonen qui migre au Svalbard tous les "étés", comme les oies, depuis une trentaine d'années.

    Et d'où viennent nos oies (il s'agissait des bernaches nonnettes) : d'Angleterre après avoir transité par la côte ouest norvégienne

    La migration

    source : Maarten Loonen 

    Un truc rigolo que j'ai appris, c'est que les oies ont un système digestif court et peu efficace pour l'extraction des nutriments (le transit se fait trop vite) alors que pour les rennes, c'est le contraire...

    La migration

    source : Maarten Loonen 

    Le résultat c'est que les rennes, pas cons (pas aussi cons qu'ils n'en ont l'air) mangent les fientes d'oies et sont capables d'en extraire plein de nutriments

    La migration

    source : Maarten Loonen 

    mais il y a deux qualités de fientes... les oies qui n'ont pas de petits laissent la place aux oies qui en ont et s'écartent des zones les plus riches et se contentent d'une nourriture plus pauvre du type mousse. Leurs fientes sont plus marron que celles des autres oies qui se nourrissent d'herbe verte.

    Les rennes, toujours pas cons, sont sélectifs comme l'a montré une petite expérience : dans une zone découpée en 4 carrés, ils ont disposés des fentes des 2 qualités

    La migration

    source : Maarten Loonen 

     

    et le résultat est net : les rennes n'ont pas touchés aux fientes marronnasses (celles des mousses, pauvres en nutrimentsà maus ce sont bien servis sur les autres... marrant, non ?

    La migration

     

    Un autre sujet abordé est la date de migration... parce que comment ces pauvres oies peuvent savoir quand elles doivent migrer ?? et bien elles ne le peuvent pas... elles font juste de leur mieux, basé sur les années précédentes.

    Un problème est que l'arctique se réchauffe beaucoup beaucoup plus vite que le reste de la planète et que du coup, elles n'ont pas forcément des indications qu'elles devraient anticiper leur départ là d'où elles viennent

    La migration

    source : Maarten Loonen 

     

    Un autre problème est que même si la tendance est nette: la neige disparait de la toundra de plus en plus tôt, la variabilité d'une année sur l'autre est énorme, à tel point qu'en 2014, la neige n'a jamais fondu aussi tard. ça ne simplifie pas la vie de nos oies qui, si elles arrivent trop tôt, se retrouvent le bec dans l'eau dans la neige et doivent attendre patiemment que la neige fonde

    La migration

    source : Maarten Loonen 

     

    Ils ont aussi étudié la date de l'éclosion des oeufs et cela montre que les oies s'adaptent mais il leur faut un peu de temps pour assimiler la tendance. Elles pondent maintenant leurs oeufs 2 semaines plus tôt que dans les années 90

    La migration

    source : Maarten Loonen 

     

    Un autre problème qui s'est rajouté est la prédation par les ours. Alors qu'il n'y avait presque aucun ours sur la côte ouest dans les années 80-90, les chercheurs qui étudient les oies sur le terrain en observent maintenant 1 tous les 3 jours en moyenne et ces ours font des dégâts énormes dans les nids. Quelques ours et la place est nette. Et, contrairement aux eiders, les oies ne pondent pas de nouveaux oeufs si elles perdent les premiers...

    La migration

    source : Maarten Loonen 

     

    Sale temps pour les oies !

     

     


    2 commentaires
  • On y retourne... toujours près de la rivière, endroit stratégique

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    Les 3 grâces... grasses ?

    St. Andrews Bay, encore

     

    C'est l'heure du rush apparemment

    St. Andrews Bay, encore

     

     

    C'est assez peuplé dans les environs (il y a même un photographe... vous l'avez repéré ?)

    St. Andrews Bay, encore

     

    Au bord de mer, la circulation est plus fluide

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    Ils ont tous renoncé à traverser la rivière et décident de longer le bord apparemment... oups... Je suis dans l'axe

    St. Andrews Bay, encore

     

    et ça les rend perplexes

    St. Andrews Bay, encore

     

    Je m'écarte vite...  1 mètre suffit et ils me passent sous le nez (et l'objectif)

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    certains ne résistent pas à faire un arrêt touristique

    St. Andrews Bay, encore

     

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    Puis un groupe s'arrête

    St. Andrews Bay, encore

     

    et décide de me contourner par l'autre côté, je n'ose plus bouger... il y a des manchots partout, il vaut mieux les laisser choisir que de tenter un repli

    St. Andrews Bay, encore

     

    mais très vite, retour au chemin initial

    St. Andrews Bay, encore

     

    Pour changer un peu j'expérimente avec des temps de pose plus ou moins longs alors qu'il commence à neiger sérieusement... ça donne un peu de mouvement aux images glasses

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    mais ils ne bougent pas vite ces manchots... je finis à 1/6 s

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    St. Andrews Bay, encore

     

    à suivre


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique