• On continue la série... je vous préviens, vous allez bouffer du manchot pendant un moment

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    Le bébé éléphant de mer a l'air subjugué

    Gold Harbour, suite

    J'ai été repérée

    Gold Harbour, suite

    C'est pas tous les jours qu'on se fait dominer par un manchot de 70 cm de haut... à se demander dans quelle position j'étais

    Gold Harbour, suite

     

     

     

    et là, il était même trop près pour la mise au point... curieuses, ces petites bêtes

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    Je me concentre ensuite sur 2 "bébés" (bébés de 200 kg tout de même) qui jouent à la guéguerre

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

     

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

     

    Gold Harbour, suite

     

    Je me laisse distraire par un manchot papou... c'est pas le manchot le plus représenté et le manchot royal est plus beau et plus élégant mais un rien snob, j'ai eu un faible pour les manchots papous que j'ai trouvés beaucoup plus trognons

    Gold Harbour, suite

     

    Gold Harbour, suite

     

    à suivre

     


    6 commentaires
  • Nous progressons vers le sud est et nous voici à Gold Harbour (si j' n'ai pas tout mélangé)

    Là, je constate que la veille nous avions juste rencontré un micro-échantillon de la faune locale. ça grouille de partout, la plage est couverte d'éléphants de mer et plus en retrait, c'est bondé de manchots royaux. On ne sait où donner de la tête. Arrivée par le dernier zodiac (j'étais de mission de contrôle de propreté des bottes avant les débarquements, fallait bien qu'on me trouve une utilité), je constate qu'un bébé éléphant de mer nous a adoptés et tourne autour de nos affaires. Ils n'ont pas l'air très dégourdi pour trouver leur mère et essaie de têter tout ce qui traine... les bottes, les sacs étanches...

    2e jour, Gold Harbour

     

    2e jour, Gold Harbour

     

    2e jour, Gold Harbour

     

    2e jour, Gold Harbour

     

    2e jour, Gold Harbour

     

    Pendant qu'on batifole, nos guides bossent dur... en milieu hostile même si ça n'en a pas l'air

    2e jour, Gold Harbour

     

    2e jour, Gold Harbour

     

    2e jour, Gold Harbour

     

    2e jour, Gold Harbour

    2e jour, Gold Harbour

     

    2e jour, Gold Harbour

     

     

    2e jour, Gold Harbour

     

    Les labbes tournent autour des plus jeunes... toujours près à se mettre un éléphant de mer sous le bec

    2e jour, Gold Harbour

    mais déjà petits, ils ne se laissent pas faire

     

    Pas mal d'hormones en jeu

    2e jour, Gold Harbour

     

    Mais il est temps de faire la rencontre des manchots royaux... Avec ces 70 cm (voire plus), c'est le 2e manchot en taille après le manchot empereur. Personnellement, je le trouve plus beau... il a plus de couleurs que le manchot empereur... Par contre, les poussins sont laids... ok... pas très beaux. Alors que ceux des manchots empereurs sont adorables

    2e jour, Gold Harbour

     

    Ils ont en tout cas le même port de tête un peu snobinard

    2e jour, Gold Harbour

     

    2e jour, Gold Harbour

     

    La route est parfois encombrée

    2e jour, Gold Harbour

     

    2e jour, Gold Harbour

     

    2e jour, Gold Harbour

    Avec notre carrosse en arrière-plan

     

    ... à suivre

     

     


    4 commentaires
  • Je reprends mes otaries à fourrure... photographiées à distance respectable parce que j'avais le trouillomètre à 0 !!

    c'est pas tout le monde qui est capable de se gratter le nez avec ses orteils

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    comme qui dirait qu'il pleuvait un peu...

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    Rosita Harbour, suite et fin

     

     

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    Rosita Harbour, suite et fin

     

     

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    Hypocrisie de l'otarie prétendant être gentille

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    Otarie dans son environnement

     

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    Après ce 1er débarquement, je suis revenue frustrée... j'ai eu le sentiment de ne pas avoir su trouver les bons sujets et les bons angles... je ne savais où donner de la tête (et si j'avais su ce qui m'attendait les jours suivants...). En plus, avec la pluie (et le fait que je n'ai pas de protection contre la pluie, c'est généralement pas un problème pour moi dans mon pôle nord), je n'osais pas trop changer d'objectif... bref bref... pas contente de moi, et je n'étais pas la seule apparemment

     

    Ensuite, on déplaçait le bateau vers le sud est et ça a été la seule fois où j'ai réussi à m'extirper de ma couchette alors que le bateau était en mouvement... arf

    La lumière était très belle avec des rayons de soleil transperçant les nuages... le temps que j'aille chercher mon appareil, c'était beaucoup moins bien mais bon... c'est mieux que rien

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    Rosita Harbour, suite et fin

     

    Notre 1ere courte journée en Géorgie du Sud se termine...

     

     


    6 commentaires
  • et le début du hors sujet (par rapport à l'intitulé du blog)

     

    Me voici donc de retour après ma grande traversée de la planète, qui prit encore plus de temps que prévu à l'aller

    30 Octobre Longyearbyen - Tromsø (2h30 d'attente) puis Tromsø-Oslo et là j'ai découvert que j'avais réservé une chambre d'hôtel pour le lendemain... too bad!

    31 Octobre 16h Oslo-Paris CDG... 5h et quelques d'attente puis 23h45 départ pour le plus long des vols :14h30 pour Santiago mais en raison de vents favorables, ça n'a pris "que" 13h30. Arrivée à Santiago à 10h quelque chose. Un peu de tourisme en fin d'aprem et le 2 Novembre, à Santiago... je garde ça pour plus tard... pas super excitant

    3 Novembre Réveil à 4h30... pour rien... arrivée dans le hall de l'hôtel où je retrouvai les autres, j'apprends que notre vol est annulé et on nous invite à nous rendre à l'aéroport pour nous rebooker sur un autre vol le lendemain (assez mystérieux parce que c'est juste notre vol qu'ils avaient décalé d'un jour... il n'y a qu'un vol par semaine... donc pourquoi nous faire venir pour nous rebooker ??? mystère ??). L'hôtel, qui coûtait un bras, était heureusement juste de l'autre côté de la rue

    4 Novembre Réveil à 3h20 (de mieux en mieux), le vol décolle sans problème et nous arrivons à Punta Arenas 3h30 plus tard. Là, on apprend que les vents sont toujours trop violents aux Falklands (Malouines si vous préférez) et que c'était la raison de l'annulation de notre vol la veille. On finit par partir après une longue attente. 1h30 plus tard, on arrive aux Falklands et... on fait demi-tour... l'aéroport est fermé et n'ouvre que 2h plus tard, on doit retourner à Punta Arenas. A l'arrivée, on apprend qu'ils n'ont pas d'équipage disponible et qu'on ne pourra partir que le lendemain. S'en est suivi un joyeux bordel pour trouver des chambres d'hôtel à tous les passagers. Couchés à 23h, presque 20h après s'être levés... longue journée ! Et en plus, nous étions immigrés clandestins au Chili parce qu'il n'y avait personne à l'immigration quand notre vol est revenu à Punta Arenas.

    Finalement, le 5, on a fini par faire le dernier morceau et atteindre Mount Pleasant (Falklands), puis notre bateau, Polar Pioneer, après 1h de bus... Ouf ! 2 jours perdus... ça commençait mal.

    2,5 jours de mer (pas trop mauvaise, mais trop mauvaise pour moi... il m'en faut peu), nous finissons par atteindre la Géorgie du Sud !!! Il était temps (petit navire) !!

    J'emprunte une carte sur le net pour donner une idée

    De retour

    https://en.wikipedia.org/wiki/South_Georgia_and_the_South_Sandwich_Islands#/media/File:Sgo_topo.png

     

    Très montagneux... avec des sommets à 3000 m... quand on les voit ! winktongue

     

    1er débarquement dans un coin pas très connu : Rosita Harbour au nord ouest de l'île (mais sur le versant protégé de l'île)

    Nous sommes accueillis par la pluie (un challenge nouveau pour moi venue de mon semi-désert arctique) et... des otaries à fourrure... de la grosse saloperie, ces bestioles. ça paraît tout mimi comme bestiole, ça vous fait du charme et des petits bruits du genre gémissements... mais après 3 de ces gémissements, c'est l'attaque. Et difficile de les éviter parce qu'il y en avait un peu partout. On s'est ensuite rendu compte que ce 1er débarquement était un bon entrainement parce que la concentration était bien en dessous de ce qu'on a trouvé à d'autres endroits... et je peux vous dire qu'elles n'hésitent pas à vous courir après, ces bestioles...

    Enfin, en photo, elles ont l'air gentil !

    Voici un premier échantillon

    De retour

     

    De retour

     

    Un peu snob

    De retour

     

    De retour

     

    De retour

     

    De retour

     

    De retour

     

    De retour

     

    De retour

     

    On apprend vite à se méfier, même quand elles sont couchées... elles ne dorment que d'un oeil

    De retour

     

    On n'est pas tranquille même plus dans les terres

    De retour

     

    et le pire, ce sont les zones herbues... un coup à mettre le pied dessus !

    De retour

     

    à suivre...

     

     

     

     


    8 commentaires
  • Instant de gloire des ressources locales, à savoir Sysselmannen (le gouverneur, enfin ses services), Lufttransport (luft: air, le reste vous comprenez = ceux qui gèrent nos 2 hélicos), Kings Bay (ceux qui gèrent Ny ålesund) et l'institut polaire norvégien.

    Mission de sauvetage de 2 rennes dont les bois s'étaient pris dans des filets de pêche qui trainaient sur des plages dans les "environs" de Ny ålesund, à 2 endroits différents. Ils avaient repérés par hasard lors d'un survol de la zone.

    Super héros

    photo Paul Lutnæs, Sysselmannen

     

    C'est malheureusement récurrent, chaque année, à cette saison. Avec toutes les saloperies qui trainent et les rennes qui frottent leurs bois partout pour essayer de s'en débarrasser, ça se termine souvent mal... Filets de pêches, vieux cables liés à l'exploitation minière (et qui font souvent partie du patrimoine culturel), parfois 2 mâles restent "emboîtés", leurs bois entremêlés... cette fois-ci, ça s'est bien terminé... un peu un coup de pot parce que la saison sombre commence aujourd'hui à Longyearbyen, et bientôt il aurait fait trop sombre pour les repérer


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique