• C'est beau comme titre, non ?

    Souvenez-vous... cet été, j'avais réussi à profiter d'un tour gratuit à bord du Lance, le bateau de recherche de l'institut polaire norvégien et on nous avait appris que ce bateau devait se laisser prendre dans les glaces pendant l'hiver (un peu comme le Fram en son temps, et Tara plus récemment) mais juste pour quelques mois et un peu au nord de Svalbard.

    Eh bien, l'opération est en cours mais ils ont beaucoup de mal à rester dans la glace en fait.

    Commençons par le commencement :

    Le projet porte le nom de N-ICE2015 ou de façon plus complète Norwegian young sea ICE cruise. L'idée était de se faire prendre dans la glace le plus au nord possible et c'est un navire des gardes-côtes qui a escorté le LAnce et servi de brise-glace... mais ils ont finalement rencontré plus de glace que prévu et n'ont pu prendre position qu'à environ 82°N.

    N-ICE2015 drivlinje

    Une fois le bateau en place, les chercheurs ont installé leur matériel et divers instruments sur la glace autour du bateau et commencé leur boulot

    La carte ci-dessous, volée sur le blog du projet (), montre la trajectoire du bateau (on sent la prof de physique) d'abord en eaux libres puis prisonnier dans la glace... et on peut constater qu'il s'est un peu mis à tourner en rond

    N-ICE2015

    Sur le blog, ils racontent évidemment ce qu'ils font et ce qui se passent, avec l'incontournable 1ère visite d'ours, le 28 janvier

    Isbjørn på is.

    Photo: Olav Iversen / Norsk Polarinstitutt

    les soucis techniques quand la température est descendue à -40 (mais ils ne dormaient pas sous la tente, eux...), quand ils ont voulu percer une piscine un trou trou dans la glace pour faire des prélèvements

    Person står på isen, ved et stort hull som eksponerer vannet under, og opererer et instrument nedi hullet.

    Photo: Jago Wallenschus / Norsk Polarinstitutt

    l'attaque par la tempête (celle qui est passée aussi chez moi dimanche 15 février) qui a obligé à bien arrimer tout le matériel

    Fugleperspektiv-bilde av skipet Lance, innfryst i isen i Arktis. Det er mørkt.

    Photo: Norsk Polarinstitutt

    les moments d'angoisse quand ils ont constaté qu'ils se rapprochaient de plus en plus du bord de la banquise et allaient donc bien être "recrachés"

    Kart som viser driften til N-ICE2015 frem til 15. februar 2015.

    mais finalement, la tempête les as "sauvés" et repoussés vers le nord

    Skipet Lance, frosset i isen, sett fra avstand.

    Photo: Paul Dodd / Norsk Polarinstitutt

    Voilà à quoi ressemble l'organisation du site avec les instruments :

    Et håndtegnet kart over forskningscampen til N-ICE2015

    Notez la présence d'un endroit marqué "France" où l'équipe française IAOOS teste un nouvel instrument pour faire des profils océaniques et des bouées comme celles qui sont placées chaque année à la base provisoire de Barneo, près du pôle nord.

    Pour ceux que ça intéresse, vous pouvez aller consulter le site français de l'équipe IAOOS, http://iaoos.ipev.fr/index.php?lang=fr

     

    Lance a repris son chemin vers le sud après la tempête. Le but initial était de faire des mesures jusqu'à Pâques mais il risque de ressortir de la glace plus tôt que prévu.

    Photo prise lors du changement d'équipe après 6 semaines de dérive, alors que la plaque de glace approchait dangereusement du bord de la banquise et commençait à se casser.

     

    L'opération sera renouvelée l'an prochain.

     

    Le but ?? oui, il y a un but : accumuler le plus de données possible sur l'état de la banquise et l'océan pour que les modèles utilisés pour prévoir à quoi ressemblera l'arctique dans le futur soient plus précis.

     


    votre commentaire
  • Pour commencer, sachez que j'avais écrit un article sur un autre sujet mais que je l'ai perdu dans le cyberworld alors qu'il était presque fini... aww cry Par moments, je hais Eklablog : ça n'arrivait pas avec Overblog, les articles étaient automatiquement sauvegardés comme brouillon... Comme je ne m'en sens pas le courage de raconter 2 fois la même chose, je passe à autre chose... au moins pour aujourd'hui...

    J'en reviens donc à la fameuse expérience. C'était donc aujourd'hui le grand jour... et après quelques messages confirmant que les conditions étaient favorables (surtout du côté du lancement et de Ny ålesund) et qu'il y avait de grandes chances que le lancement ait lieu ce matin.

    Mais... on nous avait expliqué qu'il fallait aller au-delà de l'aéroport donc une bonne heure et demi de marche, sans être sûre que le lancement ait vraiment lieu (et toujours pas de smartphone pour suivre le déroulement des opérations), plus un temps qui paraissait très couvert (même si de nuit ce n'est pas toujours facile à évaluer)... bref... je n'ai pas tenté le coup et je ne peux donc que partager ce qui a circulé sur la toile... parce que oui, le lancement a bien eu lieu et tout s'est apparemment bien passé.

    Commençons par le début = le lancement de la fusée de Andøya sur le continent à 9h05:

    Photo : C-REX payload was successfully launched today, Monday Nov. 24th at 09.05AM. Photo: NASA, Brea Reeves.

The second rocket mission the Eiscat Svalbard Radar is doing support for this month is the CAPER (Cusp Alfven and Plasma Electrodynamics Rocket).

“This experiment will measure waves and particles in several frequency ranges, from Hz to MHz, with sufficient resolution to determine the phase relation between them, and hence the nature of their interaction including direction of energy flow,” said Dr. James LaBelle, CAPER principal investigator from Dartmouth College, Hanover, New Hampshire.
“By making the most advanced measurements of this type ever made in the cusp, we expect to answer the question of whether wave-particle interactions there are identical to those in other space plasma environments or have their own special characteristics due to unique aspects of the particle distribution functions in the cusp,” LaBelle said.

While the C-REX was launched on a Black Brant XII, the CAPER will launch on a four-stage Talos-Terrier-Oriole-Nihka (Oriole IV) to a projected altitude of 500 kilometers. The launch window runs through Dec. 3, 2014, and next countdown starts tomorrow morning, Tuesday at 5AM.

    Photo: NASA, Brea Reeves.

    https://www.youtube.com/watch?v=saZkVFNWJWU

    10 minutes plus tard la fusée passait "près" de chez nous et le premier marqueur était expulsé et puis 2 autres et ainsi de suite :

    photo Trond Sandmo (et une durée d'exposition de folie vu le déplacement des étoiles)

    Version timelapse

    https://www.facebook.com/video.php?v=10152894285931000&set=vb.711510999&type=2&theater

    vous remarquerez aussi sur la vidéo des aurores boréales très légères (aurores diurnes, qui sont d'une autre nature que celles du soir)

    et une autre vidéo timelapse prise de l'avion de la Nasa

    https://www.facebook.com/video.php?v=10204571954612754

    pas hyper facile à voir... Comme il le dit lui même : "Here is a time-lapse sequence of the chemical releases from the C-REX mission taken from the airplane. You can see the bright green neutral barium quite easily. The barium ions and strontium neutrals are a bit harder to see - quite blue, and we'll have to work on them in data analysis."

    et en noir et blanc depuis l'observatoire des aurores boréales, au dessus de la mine 7

    https://www.facebook.com/video.php?v=10204571999093866&set=o.150928991602772&type=3&theater

    Sur la vidéo, on voit bien les "nuages" monter après l'explosion et c'est le but de l'expérience : mesurer le "vent" ascendant qui existe/rait dans cette région. Le problème, c'est que ça se mélange avec les aurores boréales, surtout en noir et blanc !

    EEn espérant qu'ils arrivent à exploiter leurs données...

     

    et vu de Nybyen... si j'avais su que c'était visible de là aussi ! :-((

    photo Arnlaug Høgås Skjæveland

    la photo n'est pas de bonne qualité mais on voit bien le vert et le bleu

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • ... et l'occasion de créer une nouvelle rubrique "technologie/sciences"... je ne pouvais pas renier mon passé plus longtemps ! wink2

    Et bien sûr, je dédicace cette nouvelle rubrique au Prof Remarquable, perdu dans sa Corée...

    Donc, que nous vaut cet article et cette nouvelle rubrique ?

    Il se trouve qu'aujourd'hui, je ne travaillais pas avant 13h30, la Croix Rouge n'a visiblement pas eu besoin de moi ce matin, j'ai donc pu assister pour une fois au séminaire-lunch à UNIS... et je ne l'ai pas regretté, parce que j'en ai appris de belles !

    Figurez-vous que des chercheurs ont repéré une zone dans la haute atmosphère avec une densité anormalement élevée par rapport au reste de l'atmosphère à la même altitude. Cette zone se situe en gros à notre latitude entre nous et le Groenalnd. Une théorie serait qu'il y aurait un courant ascendant, une sorte de vent de particules, associé aux lignes de champ particulièrement resserrées par chez nous.

    Ils vont donc lancer une fusée d'Andøya (pour ceux qui connaissent) en Norvège "continentale", vers chez nous, et des mini-fusées (24) vont balancer du strontium à différentes altitudes qui vont créer des petits nuages qui devraient luire dans la lumière rasante du soleil, encore présente à cette altitude, alors que chez nous il fera nuit. Ce devrait donc être très joli à regarder de chez nous et assez spectaculaire, même si c'est pas gagné d'accéder à un endroit où se sera bien visible (il faut une vue dégagée sur le sud-ouest... pas si simple). Le lancement devrait avoir lieu vers 9h-10h du mat dans une fenêtre située entre le 15 novembre et début décembre.

    Et à quoi ça sert les petits nuages qui brillent... l'idée est d'étudier leur position au cours du temps à partir de 2 endroits ( Longyearbyen ou Ny ålesund et à bord d'un avion) pour voir s'ils s'élèvent et à quelle vitesse...

    On nous promet de belles photos même si je crois que ce ne sera pas aussi beau qu'ils semblent le croire : pour bien voir, il faut aller au bord du fjord et les montagnes seront donc de l'autre côté du fjord et pas visibles à moins que la lune aide (il vaudrait donc mieux que le lancement ait lieu vers la fin du mois) mais il ne faut pas que la lune brille trop pour ne pas nous "aveugler" et gêner la visibilité des nuages. Pas simple tout ça !

    Pour illustrer, une photo prise lors d'un essai en Caroline du Nord en aout (ils avaient de la nuit, en aout, eux...) : 2 couleurs de nuages car ils avaient utilisé du strontium et du barium.

     

    Photo : This photo shows clouds of Barium and Strontium released from a rocket in the upper atmosphere over Duck, North Carolina in August. Sometime between 19 November and 3 December you can see the same clouds from Spitsbergen, as a rocket mission aims to explore winds and electric fields in the thermospheric region that is exposed to Earth's geomagnetic cusp.

You are welcome to join our Brown Bag Lunch Seminar on Wednesday 5 November as project coordinator Mark Conde from University of Alaska Fairbanks tells us more about this NASA funded project: 'C-REX: A rocket mission to investigate Earth's upper atmosphere near Svalbard'.
http://www.unis.no/50_INTERNAL/5030_Lunch_Seminar/lunch_seminar_program.htm

Photo: Jason Ahrns, University of Alaska


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique