• Soyons sérieux

    Alors que nous sommes la risée de toute la Norvège (Svalbard sous la pluie est passé aux infos nationales ce soir), je profite de l'absence d'opportunités photographiques pour écrire un article sérieux (très sérieux) pour une fois... je sens que ça ne va pas être simple !

    La Norvège et l'Europe sont en bisbille ces derniers temps et jouent un peu au plus con... vous m'excuserez du terme.

    Je ne sais pas trop l'ordre chronologique, à part le point de départ : le traité du Spitzberg (parce qu'à l'époque tout le monde appelait ça le Spitzberg, même les norvégiens !), signé à Versailles en 1920.

    Le Spitzberg est placé sous pleine et entière souveraineté norvégienne à la condition que les pays ayant signé le traité puisse pêcher et chasser et ait accès aux ressources sur un pied d'égalité, mais le traité donne aussi à la Norvège la responsabilité de la conservation de la faune et la flore.

    (Pour les plus courageux, vous pouvez lire l'intégralité du traité ici :

    http://app.uio.no/ub/ujur/oversatte-lover/data/lov-19250717-011-fre.pdf)

    Là où ça se complique, c'est pour savoir dans quelles eaux s'applique le traité. A terre, pas de doute, mais en mer c'est pas simple. Dans un premier temps, il était question des 20 km au large des côtes je crois, mais avec le temps des notions nouvelles sont apparues et donc pas abordées dans le traité, notamment celui de plateau continental et c'est là que les choses se gâtent. La Norvège considère que le plateau continental au large du Svalbard fait un tout avec le plateau continental norvégien et que c'est donc la Norvège "pure" et ce n'est pas régulé par le traité. En gros, tous les autres pensent le contraire.

    Cela fait déjà pas mal d'années que ça chauffe à se sujet entre la Russie et la Norvège, ces dernières années avec la Finlande aussi. Amendes, procès, bateaux réquisitionnés, "accompagnés" vers Tromsø pour être remis aux autorités norvégiennes... Le jeu en vaut-il la chandelle ???

    Là encore, c'est plus compliqué que ça... parce que pour l'instant on parle de poissons, mais on peut rapidement parler de pétrole et gaz. Et l'enjeu prend une dimension supérieure.

    Quand je dis que la Norvège et l'Europe jouent au plus con, je dois m'expliquer:

    - la Norvège s'est mise à proposer des blocs pour l'exploration pétrolière, de plus en plus vers le nord et un bloc est même passé dans le secteur Svalbard, non loin de Bjørnøya... à se demander si ce n'est pas juste pour tester la réaction des autres.

    - Pendant ce temps, l'Europe a fraîchement donné 5 (?) autorisations à des bateaux finlandais pour aller pêcher le snøkrabbe : le crabe des neiges (saloperie qui est en train de nous envahir à vitesse grand v, ça se propage plus vite que le King Crab qui lui n'est pas arrivé jusqu'à nous) et évidemment aussi dans la zone litigieuse. L'Europe est clairement aussi en train de tâter le terrain et voir comment la Norvège réagit... et la Norvège n'apprécie pas =>  crabes confisqués, bateau réquisitionné, amendes, procès... très fâchée la Norvège mad.

    Il faut dire que de toute façon, c'est un peu curieux que l'Europe se permette de donner des autorisations alors que l'Europe en tant que telle n'est pas signataire du traité (tous les pays d'Europe sont signataires je pense mais pas l'Europe elle-même). Deuxièmement, l'enjeu est bien plus grand que ces crabes que tout le monde est d'accord pour éradiquer du coin (où ils n'ont rien à faire) avant qu'ils ne saccagent tout. Les crabes sont considérés comme sédentaires et suivent les mêmes règles que pour l'exploitation des ressources du sol/sous-sol, pas les mêmes règles que pour les poissons. Vous me voyez venir (j'espère) : ce qui marche pour les crabes, marche pour le pétrole !! Mais ça paraît plus subtil de tenter sa chance avec les crabes dans un 1er temps.

    Evidemment, exploiter le pétrole dans l'arctique s'annonce comme une grosse connerie à ne pas faire... peu  importe qui est le coupable : Norvège, pays signataire, Europe ou allez savoir qui (l'autre fou à la mèche folle par ex)

    Je vous laisse méditer ces pensées profondes et comme il vous faut une petite illustration, je vous donne la carte des glaces (pas celles qui se mangent) d'aujourd'hui. Pendant la période de "grand" froid, on commençait à avoir de l'espoir pour le nord de Spitsbergen (l'île principale) mais vent et chaleur ont défait ce qui s'était péniblement fait frown

    source : c'est marqué dessus !

     

    « On pète de chaudUne bonne dose de pluie et... »

  • Commentaires

    1
    Jean Claude
    Mardi 7 Février à 22:26
    Le King crab a été importé. Maintenant on se rend compte qu'on ne peut pas arrêter son développement. Il me semble que c'est une connerie que les Norvégiens ont fait tous seuls?
    Mais le crabe des neiges est, selon ce que je comprends un crabe endémique, et pourtant il est en train de se développer rapidement maintenant? Je ne comprends pas tout
    C'est la course aux ressources naturelles et la course pour le contrôle du passage des navires.
    Déjà les russes ont planté leur drapeau sous la calotte glacière. Je crois qu'ils ont commencé la recherche pétrolière/minière.
    De l'autre côté, les Chinois se sont invités en mer de Chine du sud entre le Vietnam et les Philippines. Les Viets sont furieux. Des pogroms ont eu lieu au Vietnam contre des Chinois. Le président philippin joue la carte des Chinois.Etrange?
    Les Russes sont les alliés historiques des Vietnamiens qui craignent comme la peste l'impérialisme chinois. On voit ce qu'ils font avec Hong Kong.
    Tout ça pour dire que les grandes manoeuvres pour le contrôle des énergies et des matières premières sera féroce et que cette guerre "mondiale" est déjà commencée.
      • Mercredi 8 Février à 17:41

        Les Norvégiens ne sont pour rien dans l'invasion des King Crabs. Ce sont les russes qui en ont importer du Kamtchatka  sans rien dire à personne. Quand ils ont commençaient à apparaître le long de la côte norvégienne, ils ont bien dû admettre qu'ils y étaient pour quelque chose. Le plus dingue, c'est que par le biais des accords de pêche entre Russie et Norvège, la Russie impose des limites à la pêche au King Crab par les norvégiens qui se sont mis à le pêcher pour essayer de compenser les pertes dû au fait que la pêche aux lumps n'étaient plus possible à cause des crabes qui se prennent dans les filets. Le King Crab progresse le long de la côte relativement lentement parce que les larves ont besoin d'un substrat. Svalbard est a priori trop loin de la Côte norvégienne pour que les King Crabs arrivent ici.

        Pour les snøkrabber, c'est un phénomène extrêmement rapide car les larves peuvent survivre 3 semaines en suspension dans l'eau et en plus ils aiment les eaux froides donc ils se régalent au Svalbard. Personne ne sait (pour l'instant) d'où ils viennent car ils sont surtout présents à l'est du Canada/ouest du Groenland et autour du détroit de Bering mais quelques specimens ont été observés pour la 1ere fois à l'est de la mer de Barents il y a une dizaine d'années et ils progressent maintenant vers l'ouest. Une hypothèse est une arrivée par les ballasts d'un/de bateau(x)

    2
    Patrick Audoux
    Mercredi 8 Février à 17:01

    Super analyse, Sophie ! Car, au-delà des problèmes climatiques évoqués précédemment, après 30 ans de climato-scepticisme, 20 ans à tergiverser sur le petit degré qu'il serait bon de limiter, les granguignolesques COP.. pour faire croire au bon peuple que nos grands décideurs font tout ce qu'il faut, qu'ils ont la situation en mains et s'autocongratulent, la larme à l'œil, d'avoir changé le cours des choses, dans la vraie réalité, l'emballement climatique redouté de ceux qui ont un brin de conscience est bien en marche. Car, en embuscade des guignols chargés de rassurer et en faisant semblant d'éteindre l'incendie à coup de mesurettes, se trouvent bien sûr nos grands industriels pollueurs en haut desquels trônent nos chers pétroliers-gaziers, qui posent leurs jalons en attendant que ça finisse de fondre,  pendant que les 1ers  agitent le chiffons et détournent les regards. Tout cela est tellement bien huilé que, sauf miracle auquel je ne crois guère, je n'imagine pas d'autre issue qu'un désastre planétaire à court terme.

     

    L'humain, summum de l'évolution des espèces... laissez moi-rire. Sauf de considérer que le fin du fin de l'évolution est de s'auto détruire sur un matelas de dollars. 

    3
    Patrick Audoux
    Mercredi 8 Février à 17:19

    A oui, les crabes... les autres crabes... 

    La prolifération des crabes, comme ailleurs des fourmis, des frelons, des vers, des chenilles, etc... est toujours la conséquence d'un déséquilibre qui profite aux espèces qui se reproduisent le plus vite que leurs prédateurs directs et/ou, encore une fois, du climat et des T°. Là encore, le froid freine les ardeurs (.. oui, les hardeurs aussi ! no ), oblige à migrer ou hiberner et au final... régule.

    Dans ce monde de dérégulation totale et assumée, où la norme c'est le foutoir... les espèces les plus prolifiques s'en tirent toujours mieux que les autres. Mais il me semble illusoire que l'humain, tout super prédateur qu'il soit, ait l'arrogance de penser qu'il pourra se sortir de cette fuite en avant stupide. 

    4
    Jean Claude
    Mercredi 8 Février à 22:35
    Alors Sophie, j'ai eu de fausses informations en Norvège, parce que ce sont des Norvégiens qui m'ont expliqué que ça ne s'était pas passé à l'insu de leur plein gré!
    Mais c'est relativement anecdotique pas rapport au reste.
      • Jeudi 9 Février à 20:57

        Un article très bien fait sur la question mais malheureusement en norvégien (je ne sais pas à quel point une traduction automatique par google translate peut donner quelque chose d'un tant soit peu acceptable) : http://www.miljostatus.no/tema/hav-og-kyst/barentshavet/miljotilstanden-i-barentshavet/bunnlevende-organismer/forekomst-av-kongekrabbe/forekomst-av-kongekrabbe/

        Le King crab est classé sur la liste noire des espèces à éradiquer mais comme je le disais, les accords de pêche entre Russie et Norvège restreignent les quotas pour la partie est du Finnmark. Plus vers l'ouest et le sud, la Norvège est libre de faire ce qu'elle veut et le but est de pêcher le plus de crabes possible pour éviter qu'ils ne se propagent plus loin ou qu'ils ne se multiplient. Certains ont réussi à s'enrichir grâce à la pêche au crabe mais pour la plupart des pêcheurs c'est une vraie plaie et beaucoup ont perdu leur boulot.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :