• Soirée filles... ou les mains dans le cambouis

    Et c'est quoi le thème d'une soirée filles à Svalbard ???...

    Comment réparer/entretenir une motoneige ! Bien sûr !!

    SSU = Svalbard Snøscooter Utleie était l'organisateur de cette soirée, inscriptions via facebook et très vite nous étions plus de 50 inscrites ! Quel succès !

    Ça a commencé de façon très structurée et efficace en séparant ces dames autour de 3 motoneiges : 2 Skidoo (= même marque que ce que j'ai) et une Crosstour... donc j'ai astucieusement choisi le groupe Skidoo.

    1ère mission : changer la courroie du variateur. Démonstration par celui qui s'y connait (soirée filles mais les "animateurs" étaient des hommes), puis sur volontariat... et je me suis portée volontaire. Mieux vaut profiter de l'occasion de s'entraîner une fois dans des conditions faciles =  une motoneige toute neuve donc pas sale, pas de neige de partout qui a gelé autour des trucs à dévisser, dedans au chaud donc pas besoin de gants et possibilité de rester sans gants sans perdre 3 doigts !

    Quand j'aurai réussi à mettre la main sur ma motoneige, faudra que je m'entraine dans des conditions un peu plus réalistes !

    Voilà la bête en question :

    Soirée filles... ou les mains dans le cambouis

    et ces dames en action mais je choisis des photos où personne n'est vraiment reconnaissable

    Soirée filles... ou les mains dans le cambouis

    Soirée filles... ou les mains dans le cambouis

    C'est LE truc qu'il faut savoir faire parce que les courroies pètent régulièrement quand on est loin de tout, il faut donc toujours en avoir une de rechange avec soi.

    Ça a pris pas mal de temps... Ensuite on nous a montré la vérification du niveau d'huile (ne me concerne pas avec mon moteur à 2 temps antédiluvien) et l'autre problème récurrent : les fusibles et la boite de fusibles de rechange dans la mimine du monsieur..

    Soirée filles... ou les mains dans le cambouis

    Parallèlement, on a eu droit à du miam et un coup à boire.

    Après, ça a commencé à se déliter... on ne savait pas bien s'il allait se passer quelque chose de plus, ces dames commençaient à se regrouper pour papoter chiffons (enfin peut-être pas chiffons, mais pas trop motoneige). Donc ça s'est terminé en jus de boudin mais j'ai récupéré une check-liste.

    Bilan mitigé : c'était de toute façon instructif mais pas autant que je l'aurais espéré. C'était gratuit... je ne peux pas trop me plaindre ! wink2

     

     

     

    « Yo-yoÇa sent le soufre »

  • Commentaires

    1
    Linaigrette
    Samedi 22 Novembre 2014 à 07:00

    Les réparations étant , comme vous le soulignez, plus difficiles à l'extérieur, si vous échouez, quelles sont les autres possibilités de dépannage ?

    2
    Samedi 22 Novembre 2014 à 08:48

    A moins d'avoir quelqu'un dans le groupe (on ne doit jamais partir seul en motoneige) qui y arrive, il faut abandonner l'engin sur place. C'est aussi pour ça qu'il y a des règles sur le nombre de places libres disponibles sur l'ensemble du groupe (obligatoire pour les tours guidés mais normalement tout le monde préfère s'y tenir) : par exemple, pour 4 personnes, il faut au moins 3 motoneiges biplaces mais c'est mieux 4 motoneiges parce qu'avec 3 on a le droit qu'à 1 "chance" (une malchance plutôt). Ensuite il faut organiser la récupération, de préférence avec des gens du coin contre un stock de bière, s'il faut faire appel à l'un des 2 garages, ça douille. Si la motoneige n'est franchement pas réparable sur place (c'est souvent le cas des modèles récents bourrés d'électronique), il faut soit traîner la motoneige encordée derrière soi (mais il faut avoir un modèle puissant) ou mettre la motoneige sur la remorque (mais soulevez l'engin nécessite 4 personnes musclées)... bref, c'est la galère. frown

    Au fur et à mesure que la saison motoneige s'écoule (surtout mars-avril) on voit ainsi les motoneiges fleurir dans le milieu de nulle part. Les tours guidés n'ont en général pas le temps de trop se poser de questions : ils abandonnent au moindre pb et d'autres personnes de la compagnie vont récupérer quand ils ont le temps.

    3
    Linaigrette
    Samedi 22 Novembre 2014 à 12:08

    Sophie, en tant qu'ancienne prof., vous avez pu vous rendre compte qu'un petit vent de panique Arctique m'avait traversée l'esprit et merci de préciser qu'il ne faut jamais partir seul(e) en motoneige (.......sauf dans les rêves ou film) car moi, j'aurais bien été tentée !

    Voilà le gros problème, le numérique, qui se pose aussi pour les véhicules, impossible de s'en sortir rapidement, Sans parler de celui des réseaux.

    C'est décidé ! Je partirai seule avec mes chiens.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :