•  

    Les "jours" raccourcissent à vue d'oeil... ou plus exactement la période avec un peu de lumière du jour raccourcit à vue d'oeil. Le temps couvert ne nous permet pas de profiter de la lumière bleue... on a droit, au mieux à du gris-bleu, il faut faire avec. On a par contre eu la chance d'avoir une chute d'environ 0,5 mm de neige... oui, je parle bien en mm... mais c'est mieux que rien et ça nous donne une légère impression d'hiver avant que les températures ne remontent et que la pluie ne nous assaille apparemment de lundi à mercredi midi.

    J'ai quand même profité du peu de lumière pour faire un tour en bord de fjord et chercher si j'observais encore des bécasseaux violets... je n'en ai vu qu'un, mais c'est surprenant qu'il soit encore là et un goéland bourgmestre qui aurait dû, lui aussi, partir + un guillemot à miroirs mais ceux-là on sait qu'il y a en au moins certains qui passent l'hiver ici, en mer.

    Ensuite vers 14h, petit tour dans le quartier pour photographier la ville au crépuscule... ça peut être intéressant pour l'office du tourisme.

    Presque nuit

    un petit coin de ciel plus clair au sud-ouest

     

    Presque nuit

     

     

    Presque nuit

     

    Presque nuit

     

    Presque nuit

     

    Presque nuit

     

    Presque nuit

     

    Presque nuit

     

    Presque nuit

     

    Un peu plus de lumière de l'autre côté d'Isfjorden

    Presque nuit

     

     

    Presque nuit

     

    Presque nuit

     

    Presque nuit

     

    Presque nuit

     

     

    Presque nuit

     

    Presque nuit


    3 commentaires
  • Dans la série "on vit dangereusement", je vous avais parlé des glissements de terrain mi-octobre... en fait il s'agissait de glissements de terrain + coulées de boue/débris. Et ce que je n'avais pas réalisé, c'est que c'est un phénomène "normal" ici mais qui n'arrive pas si souvent que ça.

    Comme toujours, ici, on est bien informé côté risques et catastrophes naturelles et nous avons eu droit hier à 1 présentation (en fait 2 : une à midi et demi, l'autre à 20h) sur les coulées de boue pour nous expliquer ce que c'est, comment les éviter...

    Très instructif et très intéressant.

    J'ai donc appris, entre autres, que c'est donc un phénomène récurrent ici (ça je savais, il n'y a qu'à regarder le paysage pour voir des vieilles traces de coulées dans le paysage) mais qui arrive en moyenne une fois tous les 40 ans environ. C'est donc beaucoup plus rare que ce que je croyais (du moins à grande échelle : il y a des mini coulées à chaque printemps et chaque automne). La dernière fois que le phénomène s'est produit à grande ampleur, c'était en juillet 72.

    Le phénomène dans l'arctique n'est encore pas complètement compris mais il semble que le permafrost joue un rôle très important qui fait que les conditions dans lesquelles se produisent les coulées ont des seuils bien plus bas que dans le reste du monde. Pour illustrer, un graphe montrant dans quelles conditions de précipitation (combien de mm/h et pendant quelle durée) ces événements se sont produits dans le monde et à Longyearbyen en 72 et cette année. A noter que l'échelle verticale est logarithmique. On remarque que le phénomène se déclenche à Longyearbyen pour beaucoup moins de précipitations qu'ailleurs... en gros 2mm/h peut suffire

    Geohazard

    18mm de précipitation au total... une misère pour une ville comme Bergen, mais pour nous c'est beaucoup (je sais... c'est flou)

    Geohazard

    tout dépend de l'état d'engorgement du sol = de l'historique des précipitations... et comme je le dis depuis un moment, cette année, on déguste ! Si on regarde le graphe du bas, on voit qu'il pleut depuis environ mi-septembre... dire qu'on est censé être un désert !!!

    Geohazard

    Intéressant aussi, le graphe du haut montrant la température à 1m dans le sol à Gruvefjellet (la montagne au dessus de la mine 2b du Père Noël, au sud de Sukkertoppen, là où il y a des goélands bourgmestres qui nichent l'été)... on voit que la température s'est élevée jusqu'à atteindre 0°C et se maintenir à 0°C depuis quasiment mi-août.

    L'idée est donc que le 1er m du sol, dégelé, se gorge d'eau... dessous il y a le permafrost qui ne laisse pas l'eau s'infiltrer et à un moment, tout ça se décroche et la surface du permafrost joue le rôle de piste de luge ;)

    Une carte impressionnante (c'est fou le progrès) montrant les zones de dépôt en rouge et d'érosion en bleu.  Environ 5000 mètres cube qui ont changé de place... oupsi!

    Geohazard

    la route avait été nettoyée au moment où ont été faites les mesures... il y a eu une autre coulée quelques temps plus tard qui a à nouveau coupé la route qui est maintenant fermée jusqu'à ce que les températures deviennent négatives.

     

     

    La bonne nouvelle, c'est que les coulées de boue ne sont censées se produire que pendant qu'il pleut beaucoup, il n'y a pas un système d'instabilité résiduelle qui fait que la coulée peut se déclencher après que la pluie a cessé.

    La mauvaise nouvelle, c'est qu'il va falloir un temps infini pour que ce mètre de sol gorgé d'eau gèle, que quand ça gèle ça se dilate bien sûr et qu'on risque d'avoir des gros rochers qui se décrochent quand tout ça va commencer à geler... le 2e effet KissCool sera aussi au printemps quand tout ça va fondre et qu'en plus il y aura l'eau de fonte de la neige. 

    Et pour éviter de se retrouver emporter par une coulée de boue (ça coule à une vitesse entre 70 et 200 km/h avec une densité double de l'eau... pas sympa)

    Geohazard

     

    Si on résume les 10 derniers mois :

    - on a eu une avalanche qui pouvait potentiellement se produire tous les 30 ans

    - on a eu des coulées de boue (en fait plusieurs ont été repérées dans les environs quand ils ont fait des rondes d'inspection en hélico) qui se produire environ tous les 40 ans

    Reste à voir si on a juste pas de pot ou si ça va à être la nouvelle tendance dans un climat complètement chamboulé no

     

    Illustrations empruntées à Ole Humlum + un rapport http://www.geoforskning.no/nyheter/geofarer/1329-skred-og-massestrom-i-longyearbyen écrit par

    Hanne H. Christiansen
    Wesley Farnsworth
    Graham L. Gilbert
    Holt Hancock
    Ole Humlum
    Brendan O`Neill
    Alexander Prokop
    Sarah M. Strand


    4 commentaires
  • J'extrapole un peu la catégorie météo-climat à durée du jour...

    ça commence à sentir le début de la fin... même en cette journée de grand beau temps (une rareté ces derniers temps), le soleil n'arrive pas à m'atteindre... je sens bien qu'il est là, juste derrière la montagne mais il n'a plus la force de monter assez haut wink2, ni à gauche de Sukkertoppen (photos au smartphone, sorry !)

     

    Le début de la fin

    ni à droite

    Le début de la fin

    C'est donc la fin des haricots... en théorie,  le dernier jour où on peut voir le soleil depuis la ville, c'est le 15, mais encore faut-il que le ciel soit dégagé, et encore faut-il être au bon endroit... ou tout simplement être là !! parce que je migre vers le sud pour quelques jours : direction Oslo, retour le 11.

     

    Je pense donc pouvoir dire que la dernière fois que j'aurai eu l'occasion de voir le soleil ici cette année aura été le 6 octobre (photo aussi au smartphone et à travers la vitre... encore plus sorry !)

    Le début de la fin

     

    Je ne sais pas si vous entendrez parler de moi avant le 11... on verra bien... en attendant, vous pouvez réviser wink2


    2 commentaires
  • Une bonne chose que nous n'ayons pas d'expédition ces jours-ci, le temps est pour le moins caca prout (je n'ai pas mieux pour décrire)... à tel point que nous avons une alerte météo, pas pour Longyearbyen fort heureusement, mais pour la partie nord-ouest de l'île (au nord d'Isfjorden et à l'ouest de Wijdeforden = mon terrain de jeu en avril) et Ny ålesund. 

     

    Apocalypse now

    Ce que ça dit c'est que d'ici à demain matin, on attend 20 à 30 mm de pluie localement. C'est peut-être pas tant que ça dans l'absolu mais il faut se souvenir que le permafrost (pergélisol pour les extrémistes de la langue française) empêche l'eau de s'infiltrer et donc on risque d'avoir des inondations localement, des petits glissements de terrain et des éboulements sur les berges... le tout avec un caractère certainement très local et très difficile à prévoir.

     

    Comme il a déjà été signalé des glissements de terrain d'assez grande ampleur la semaine dernière avec moins de précipitations, ça promet !

    exemple sur cette photo prise à l'ouest de Carolinedalen, au nord de Longyearbyen

    Apocalypse now

    photo Luftransport

     

    Le bon côté des choses, c'est que ce soir on a des cieux assez "dramatiques" comme on dit en norvégien

    Apocalypse now

     

    Apocalypse now

     

    Apocalypse now

     

    Apocalypse now

     

    Apocalypse now

     

    Apocalypse now

     

    Dimanche, c'était en fait pas mal non plus avec des giboulées... c'est pas souvent ici... et un fabuleux arc-en-ciel en plein milieu de journée... le truc impossible dans un pays "normal"wink2 J'étais au boulot en train de gérer le retour (et départ) de nos passagers, et donc tout ce que j'avais sous la main, c'était le smartphone mais c'est mieux que rien

    De devant le boulot

    Apocalypse now

     

    Apocalypse now

     

    et vu de derrière le boulot... faut bien trouver une utilité aux issues de secours cool

    Apocalypse now

     

     

    Apocalypse now

     

    et au bout d'un moment, même un double arc-en-ciel mais le double était un peu faiblard quand je l'ai pris en photo

    Apocalypse now

     

     

     


    3 commentaires
  • Pour changer un peu de la rubrique "paysages", je me permets de classer ça dans "météo-climat"... après tout, il s'agit essentiellement de s'extasier devant un ciel mystérieux et des nuages envoûtants qui ont captivé mon attention toute la soirée hier... à tel point, qu'après plusieurs séances par la fenêtre du "salon" en essayant d'éviter les immeubles, antennes et autres signes de civilisation, j'ai fini par sortir pour aller prendre des photos d'un point de vue un peu moins pollué... des signes de civilisation, certes, mais...

    Bon... ma prose a été interrompue par le manque d'énergie... pas de mon côté mais de celui du mac... et une fois de plus j'ai oublié mon chargeur au boulot! no Donc je reprends ce matin.

    Je commence par ce qui est pris de chez moi... Je crois qu'Odilon doit s'abstenir... non, ce n'est pas du noir et blanc !

    Cieux de folie

     

     

    Cieux de folie

     

    Cieux de folie

     

    La preuve quand un peu de lumière arriver à percer

     

    Cieux de folie

     

     

    Cieux de folie

     

    Cieux de folie

     

    Cieux de folie

     

     

     

    Cieux de folie

     

     

    Cieux de folie

     

    Ciel plombé... on a presque l'impression qu'il fait nuit !

     

    Cieux de folie

     

    Et en prenant un peu de hauteur

    Cieux de folie

     

    Cieux de folie

     

    Cieux de folie

     

     

    Cieux de folie

     

    Cieux de folie

     

     

    L'arrivée de Sea Spirit

    Cieux de folie

     

     

    Cieux de folie

     

     

    Cieux de folie

     

    Cieux de folie

     

    Cieux de folie

     

     

    Quand le plafond est bas, on se rend mieux compte que ça gribouille pour atteindre le replat du glacier de Lars (celui de gauche)... on comprend que Mamoun ait craché les poumons, ch'tite mère !

    Cieux de folie

     

    Cieux de folie

     

    Retour à la maison avec un dernier point de vue 

    sur le pied du verre à champagne... ça ne va jamais tenir jusqu'à début aout !

    Cieux de folie

     

    et sur la ville illuminée par une percée

    Cieux de folie

     

    Cieux de folie

     

     

    Cieux de folie

     

    Cieux de folie

     

     

    Cieux de folie

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique