• Le gros boulet !

    ça faisait longtemps ! On a eu droit hier à un nouveau specimen de gros c...... gros boulet si vous préférez... mais ce genre de truc, ça me fout les nerfs.

    En bref, voilà l'histoire... un touriste italien comme on aimerait ne pas en avoir, qui va se promener tout seul dans un coin que visiblement il ne connait pas/ maîtrise pas : Fuglefjella, la montagne après Bjørndalen.

    Les gens normaux remontent la vallée de Bjørndalen (l'été, le challenge est souvent de traverser la rivière) et plus dans les terres, on tombe sur une zone praticable pour se taper l'ascension des 500 m qui sont autrement trop abruptes. A part qu'il y a toujours des malins pour tester autre chose ou se croire plus rusés que les autres apparemment.

    En l'occurence, ça s'est terminé hier à 16h20 par un appel à l'hôpital de notre italien (qui au lieu d'appeler le Sysselmann a appelé le 113 dans une logique européenne qui ne s'applique pas ici et en Norvège d'une façon générale... donc 1er conseil, quand vous allez à l'étranger renseigner vous sur les n° d'urgence à appeler selon la situation). Pour je ne sais quelle raison (langue, qualité du son, incompétence...??), le contenu de la conversation est resté assez flou, l'italien était coincé dans un flanc de falaise (??) en bonne santé apparemment et bien couvert mais il n'osait plus bouger de là où il était, il aurait dit pouvoir voir l'aéroport et des cabanes. La conversation a été ensuite coupée ou il a raccroché, allez savoir et ils n'ont pas pu le rappeler (là encore pour des raisons obscures). Toujours est-il qu'il fallait le trouver pour le sauver mais qu'on ne savait pas où il était (ce n'est que plus tard qu'on a su qu'il s'agissait de Fuglefjella). 

    A 17h30, les premières patrouilles de la Croix Rouge ont commencé les recherches parce qu'il y avait beaucoup trop de vent pour faire une recherche en hélico. Moi, je n'étais au courant de rien jusqu'à ce que l'alerte "générale" Croix Rouge soit lancée à 19h. Le temps d'empaqueter l'essentiel et remettre la main sur une veste reflex et la lampe frontale (je n'étais pas encore prête pour le mode nuit) et hop, direction le dépôt de la Croix Rouge... la voiture m'a permis d'être beaucoup plus efficace. D'autres patrouilles ont été envoyées dans les coins un peu scabreux d'où on peut voir l'aéroport et moi, j'attendais sagement et patiemment qu'on me donne une mission... quand tout à coup, rebondissement, Telenor (la compagnie de téléphone) avait localisé un contact avec le téléphone du gars près de Barentsburg. Gros doute... peut-être que quand l'italien parlait de l'aéroport, il parlait en fait de l'héliport de Kapp Heer, près de Barentsburg. Du coup, une équipe est envoyée en hélico... et Sophie en fait partie... un peu soucieuse d'avoir le mal de l'air... trop de vent pour faire des recherches en hélico, ça ne présage rien de bon. En fait, tout s'est bien passé et je suis restée étanche (et digne). Le temps d'être là-bas, il devait être 21h30 ou un truc dans le genre donc il faisait nuit et nous voilà à ratisser la zone à la frontale en essayant de faire quelque chose de logique, sous les ordres de quelqu'un de la police. Un peu avant minuit, on est bedrouille et on se demande quelle stratégie adopter.... mais bonne nouvelle : on apprend que l'italien (ou quelqu'un en tout cas) a été repéré à Fuglefjella par le bateau du gouverneur qui a des méga super projecteurs de folie, dans le haut de la falaise, côté mer ! un endroit où c'est super abrupte ! évidemment que ça ne pouvait pas marcher !!!! Un boulet je vous dis.

    Du coup, "mon" groupe arrête ses recherches et un hélico vient nous rechercher. En chemin, on passe le long de la zone du drame et tout le flanc de la montagne est éclairé par le Polarsyssel : oui, c'est vraiment très très abrupte ! oh

    Je ne sais pas si c'était exactement là, mais en gros ça ressemble à ça

    Le gros boulet !

    ou la version carte topo de toposvalbard

    Le gros boulet !

    photo empruntée à la page wiki (photographe Bjoertvedt ??)

     

    Mais ce n'est pas pour autant qu'on est au bout du drame. L'hélico ne peut toujours pas voler si près de la montagne. Il faut qu'une équipe de la Croix Rouge aille récupérer le boulet à partir du plateau, ce qui implique d'y monter par le chemin normal ce qui n'est pas la porte à côté, et avec tout le matos (qui sert normalement à secourir des gens qui tombent dans des crevasses). Apparemment, ils ont réussi à le récupérer vers 5h du mat.

    Donc, avec sa stupidité, il aura bien fait suer le monde et pas mal de temps + les dommages collatéraux : j'ai cru comprendre que quelque chose organisé pour des enfants avait été annulé aujourd'hui à cause de cette opération d'envergure.

     

    Ce genre de truc m'énerve au plus haut point... non pas pour ma petite personne, je n'avais rien contre un petit tour en hélico, ça faisait longtemps...) et c'était pas désagréable de faire une petite "promenade" nocturne, j'étais bien habillée donc je n'avais pas froid... mais je pense à tous les autres et en particulier ceux qui ont dû grimper là-haut + prendre des risques pour aller le chercher... on n'a pas de la bonne roche pour l'escalade au Svalbard, tout part en morceaux.

    Bien sûr, "shit happens" comme on dit et n'importe qui peut avoir besoin d'être secouru un jour ou l'autre. Mais il est permis de réfléchir avant de faire n'importe quoi, se renseigner et il y a une raison si on conseille fortement à tous les touristes de faire des sorties guidées !

    Mais j'imagine qu'il retiendra la leçon parce que ça n'a pas dû être super cool de rester coincé là plus de 12h.

     

    Quant à la "localisation" du tel portable près de Barentsburg, j'imagine que tout ce que ça voulait dire c'est que l'antenne près de Barentsburg avait reçu le signal et que notre italien était donc dans une zone de "visibilité" de cette antenne. J'ai essayé de demander plusieurs fois ce que signifiait cette histoire de localisation et je me doutais un peu que c'était un truc dans ce genre, mais certains semblaient croire que ça avait à voir avec le positionnement GPS du portable.

    Le gros boulet !

     

    En fait, si on avait compris ça, ça aurait permis de se douter rapidement qu'il était sur ce versant et non pas dans 90% des zones patrouillées. Mais bon, c'est facile de comprendre a posteriori wink2 Un truc à avoir en tête pour la "prochaine fois" (même si on espère qu'il n'y en aura pas)

     

     

    « 9 août... encore9 août... la fin ! »

  • Commentaires

    1
    zaz
    Lundi 25 Septembre à 15:47

    Hé bé!!!! Mais que d'aventures!!!

    2
    FRED
    Lundi 25 Septembre à 16:48

    CHOUETTE !!

    Enfin une histoire intéressante, avec des vrais gens, des êtres humains, de l'action, de l'émotion....ça change des petits oiseaux, des nounours et autres rennes du Père Noël !!

    Finalement, la vrai vie.....

      • Linaigrette
        Mardi 26 Septembre à 10:59

        C'est vrai, j'ai, également, le sentiment, depuis quelque temps, que ça tourne plus autour de la vie sauvage que de la vie quotidienne, des faits de société et autres rubriques auxquelles tu nous avais habitués. Malgré tout, avec ce voyage, ça sent la "compète" pour de futurs concours photo. wink2

      • Jeudi 28 Septembre à 17:53

        La vraie vie du Svalbard est une vie animale, ce sont les petits oiseaux, des nounours et autres rennes (pas du Père Noël) qui sont à leur place, pas les touristes débiles. C'est sans doute un des seuls endroits actuellement habité où il n'y a jamais eu de population indigène. L'être humain est toléré ici, mais ce n'est pas notre domaine. A nous de rester spectateurs et ne pas trop interférer.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :