• 2 poids 2 mesures

    Alors que les esprits se calment un peu après l'incident d'il y a 10 jours qui s'est terminé avec un guide blessé à la tête et un ours tué, on n'a toujours aucune info qui filtre du côté du Gouverneur

    2 poids 2 mesures

    photo Sysselmann via Svabardposten

    mais je partage ci-dessous un commentaire de Morten Jørgensen qui a écrit un livre très instructif et assez déprimant intitulé "Polar bears on the edge : heading for extinction while management fails"

    ça remet un peu les choses en place par rapport aux idées qu'on se fait en général sur la protection des ours polaires que beaucoup de gens croient être un exemple de succès de coopération internationale... just bullshit!

    Je copie-colle puisqu'il est le premier à le souhaiter

    "Dear friends.

    Many of you have written and asked about or commented on the latest killing of a polar bear in Svalbard. Thank you for your concerns. I am currently in Svalbard, working, and only have internet access briefly today. I am therefore due to time constraints sending this collective note that I have put together, in part by scissoring from good colleagues and friends – the contents rhyme with my knowledge and beliefs, they are brief but cover a first response.

    The polar bear incident in Svalbard last week was tragic – for the bear (which was killed) and for one guide (who was injured). Having said that, the following should be noted before things are blown out of proportion:

    • Since 1973, a total of 130 bears have been shot in Svalbard in so-called self-defence actions (such bears are called “problem bears”, a term that in itself is problematic – but let me stick with it in this comment).
    • Of those 130 problem bears, 15 were killed in relation to tourism – the rest were killed by scientists, researchers, other field parties, locals, or the authorities.
    • Of the 15 killed in relation to tourism, 3 were killed in relation to organized ship-based cruise tourism. The last one, until last week, was in 2006.

    Just for the sake of perspective, consider these facts alongside the above facts:

    • In Nunavut, Canada, 515 problem bears were shot in so-called self-defence actions in just 10 years (2007-16). That is almost one bear every week! In 2012-13, in one settlement alone, 16 problem bears were shot. 
    • Globally, almost 1.000 polar bears are shot EVERY SINGLE YEAR. The majority of that is legalized hunting, and even supported by the biggest and most prestigious so-called conservationist NGOs (such as WWF, Greenpeace and Polar Bears International).
    • In the last decade, almost 10.000 polar bears have been shot. In the same time frame, just over 6.000 rhinos have been shot. Both animals have similar population sizes and recruitment rates. The rhino poaching is rightly causing a regular outrage – where is the discussion of the on-going polar bear slaughter???

    Now, don’t get me wrong: The above mentioned 3 bears shot in Svalbard in relation to organized Arctic ship-based cruise tourism are of course 3 too many. Those deaths could probably have been avoided, if the authorities in Norway and also the tour operators would modernize their approaches to polar bear safety. 

    • If, instead of basing legislation on fear of bears and the use of guns as deterrents, the Norwegian authorities would base their approach on respect for bears and the use of non-lethal deterrents, deaths of both bears and humans could be avoided. The Norwegian authorities are thus in part responsible also for this last incident and the wounded person and the dead bear.
    • Additionally, the Arctic ship-based cruise tourism industry also needs to wake up. Most companies in the industry to not have appropriate and adequate guide training when it comes to polar bear safety management. On top of that, the industry’s growth is rapid and fast in these years, and the greed involved leads to even more under-qualified and inexperienced guides being sent into the field. 

    Please feel free to share this text widely.

    In haste

    Morten"

     

     

     

     

    C'est du gâchis qu'un ours ait été tué dans le cadre d'une activité touristique mais quid des quelques 800 ours tués chaque année légalement, principalement au Canada et Groenland, sans que personne ne s'offusque ??? + environ 200 illégalement en Russie, pays qui avait été le 1er à protéger totalement les ours polaires

     

    « Le tour des travauxQuand le Roi de Norvège rend visite au Roi de l'Arctique »

  • Commentaires

    1
    Laurent
    Mercredi 8 Août à 07:16
    Quel gâchis! ! Je partage a 200%.
    Cette photo me rends triste
    2
    Michèle
    Mercredi 8 Août à 09:01

    Merci Sophie,

    "L'incident" a été relaté aussi en France à la télévision (France 2) et sur internet (20 minutes)...

    Bien à vous

      • Patrick
        Mercredi 8 Août à 18:51

        Oui et bien d'autres médias... mais force est de constater qu'en bon pays de chasseurs ces médias s'apitoient sur le triste sort du guide et bien peu sur celui de l'ours. 

      • Mercredi 8 Août à 20:08

        A vrai dire, ce n'est probablement pas la faute du "guide" lui-même (il n'était pas guide mais garde anti-ours, cette compagnie dissocie les rôles) et il doit  être traumatisé à vie

    3
    Patrick
    Mercredi 8 Août à 17:58

    Ecoeurant ! Il est évident qu'il y a une grosse part de business derrière cette hécatombe. Les attaques nécessitant vraiment d'abattre des ours sont marginales. Il n'y a pas un reportage montrant Inuits ou groenlandais sans voir des peaux sécher dans les villages quand ce ne sont pas directement des abattages d'ours s'approchant de villages sans la moindre mesure d'éloignement, ou juste comme ça, pour le plaisir, pardon.... pour la sauvegarde de la tradition ! Tout ça cautionné par le WWF, Grenpeace, etc... Traditionnellement l'ours était avant tout respecté et parfois tués, par nécessité. Aujourd'hui c'est l'inverse. Sauf erreur, une peau se monnaye 8000 $ et la viande se retrouve dans les restos de Longyearbayen ou Churchill. Trump ré-autorise sa chasse en Alaska. Rien ne justifie cela. Une espèce protégée doit l'être sans aucun passe droit, même prétenduement traditionnel. Et je reste persuadé que si les tours opérateurs, et touristes en général, marathoniens et glandus de tous genres, n'avaient pas obligation d'être armés, ils resteraient à distance ou iraient marathoner ailleurs et il y aurait beaucoup moins de problèmes. La faune s'approche à ses risques et périls. 

      • Mercredi 8 Août à 20:09

        Ils y ont pensé mais non... pas de viande d'ours dans les restos de Longyearbyen. Une peau vaut bien plus que ça, ici du moins

    4
    Lundi 13 Août à 19:52

    la veille de ce lamentable incident, un bateau tchèque avec des scientifiques à bord, avait signalé un ours dans cette zone rodant autour d'une carcasse de baleine...visiblement les communications importantes (qu'on échange habituellement entre bateaux) ont fait défaut dans ce cas-là...

     

      • Hier à 08:30

        Il y a des ours partout, tout le temps et qui se déplacent. Nous mêmes (la compagnie pour laquelle je travaille) n'allons jamais à terre sur ces îles. Le fait d'en voir un la veille change-t-il la donne ? Je dirais qu'il y a 99% qu'il y ait au moins un ours dans ce coin, qu'on le voit ou pas. Si une observation antérieure doit être prise en compte, où se situe la limite ? Quelques heures, un jour, 2 jours, une semaine ? Les ours passent d'île en île; de moins point de vue ce qui a été observé la veille n'apporte pas beaucoup d'information supplémentaire par rapport à la situation normale.

        J'ai entendu parler de gens qui débarquent sur l'île Karl XII. Il y a toujours des ours sur cette île, mais une fois de plus, pas forcément visibles à chaque instant

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :